Le Diable, tout le temps : thriller chorale sombre, envoûtant, superbe.

Inspiré du roman de Donald Ray Pollock, Le Diable, tout le temps est la nouveauté du jour sur Netflix. Un thriller chorale réalisé par Antonio Campos qui plonge dans les profondeurs de l’âme de ses personnages, et porté par un casting cinq étoiles.

Difficile de rentrer précisément dans le détail sous peine de spoiler l’histoire. Le Diable, tout le temps est un film chorale où l’on suit toute une galerie de personnages, sur plusieurs années, et qui finissent par s’entrecroiser. Tout commence avec Bill Skarsgard, traumatisé par les horreurs de la seconde guerre mondiale. De retour au pays, il trouve l’amour, devient papa, mais ne peut renoncer à la violence. Son fils, est le fil conducteur du thriller. Magnifiquement incarné par Tom Holland, on suit sa lente descente aux enfers, passant du statut de bon chrétien à celui de tueur récidiviste. De son côté, Jason Clarke est génialement flippant dans la peau d’un photographe, tueur en série, qui officie avec son épouse incarnée par l’excellente Riley Keough. Et puis il y a Robert Pattinson, qui une fois de plus délivre une prestation sans fausse note. Dans la peau d’un prêcheur à qui l’on donnerait le Bon Dieu sans confession, il cache une noirceur glaçante qui crève l’écran dans chacune de ses scènes.

Après une bande-annonce intrigante et très prometteuse, Le Diable, tout le temps ne déçoit pas. Film noir tourné sur de la bonne vieille pellicule 35mm, il transporte le spectateur dans les tréfonds de l’âme humaine, sur fond de religion, et de tous ses méfaits. Malgré ses 2h15 de durée, le thriller reste envoûtant de bout en bout, et Netflix peut se targuer d’offrir là, une jolie pépite cinématographique à ses abonnés. A voir absolument.

Le Diable, tout le temps, disponible sur Netflix le 16 septembre.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 + 19 =