Esprit d’hiver : un huis-clos anxiogène avec Audrey Fleurot

Avant sa diffusion jeudi 10 novembre sur Arte, la mini-série « Esprit d’hiver » avec Audrey Fleurot est déjà disponible sur arte.tv. Un huis-clos anxiogène, sombre et tortueux.

Synopsis: Alors qu’elle vient de terminer son roman, Nathalie ressent une présence mystérieuse dans la maison. Progressivement, elle est hantée par l’impression que lors de l’adoption de sa fille, quelque chose l’aurait suivie jusque chez elle.

Un pitch intrigant pour un résultat qui, assurément, divisera les spectateurs. Tout commence le matin de Noël. Nathalie (Audrey Fleurot) a passé la nuit à terminer un manuscrit, après une longue période de « page blanche ». Son mari Marc (Cédric Kahn) part pour aller récupérer ses parents à l’aéroport, et Nathalie se retrouve seule avec sa fille Alice (Lily Taïeb), adolescente de 16 ans. Dans le même temps, une jeune fille, aux traits similaires à ceux d’Alice, se suicide dans un orphelinat de Roumanie tenu par des soeurs.

Dans l’immense chalet de montagne isolé, un huis-clos anxiogène entre mère et fille s’installe progressivement. D’étranges appels téléphoniques sans personne au bout du fil, des ombres furtives aperçues par la fenêtre, et le comportement étrange d’Alice, rendent vite l’atmosphère suffocante. Et pour Nathalie, la frontière entre fiction et réalité se trouble de plus en plus.

Nous n’en dirons pas plus sur la suite des évènements. Adaptée du roman éponyme de l’autrice américaine Laura Kasischke, « Esprit d’hiver » est magnifiquement réalisé par Cyril Mennegun. Dans un décor intérieur qui a tout d’un labyrinthe, et en alternant entre plans fixes et caméra à l’épaule, le réalisateur parvient à embrouiller l’esprit de Nathalie…et celui du spectateur.

Sur trois épisodes que compte la mini-série, bien malin qui peut dire à la fin du deuxième, où ce huis-clos mère/fille adolescente nous emmène. Et c’est bien ce qui divisera les spectateurs. Certains vont adhérer à cette ambiance sombre et anxiogène où l’on explore, de manière générale, la difficile relation mère/fille. D’autres trouveront en revanche le scénario bien trop tarabiscoté, où l’ennui finit presque par l’emporter.

Portée par Audrey Fleurot dans un rôle aux antipodes de celui de « HPI« , et par Lily Taïeb, excellente en adolescente « tête à claques », « Esprit d’hiver » est disponible sur arte.tv jusqu’au 9 décembre 2022.

Credit photos (c) Arte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 − 3 =