Un très mauvais plan : une comédie noire pas assez déjantée

Parmi les nouveautés de la semaine sur Netflix figure Un très mauvais plan, une comédie noire allemande réalisée par Detlev Buck, où une histoire d’amour et d’adultère va tourner à la boucherie générale dans un petit village de campagne.

On y suit Sam et Edda qui viennent de se rencontrer dans un bar, et qui décident de passer le weekend dans le village de la jeune femme. A leur arrivée, Sam tombe sur un règlement de compte en forêt et sauve de la mort celui qui a eu la mauvaise idée de coucher avec la femme d’Herrmann, un « mafieux » du coin. Sam est alors pourchassé par les sbires d’Herrmann, tandis qu’Edda tente de le retrouver. Et si le village semblait bien désert à leur arrivée, il le sera encore plus, tant les cadavres vont se multiplier.

L’histoire débute plutôt bien. Dans une réalisation assez classique, on suit le temps d’une journée et d’une nuit, les mésaventures de Sam et Edda, qui tentent d’échapper au fou furieux nommé Herrmann. Il faut néanmoins un certain temps avant de comprendre que tout repose sur une histoire d’adultère. Katja, la très belle femme de Herrmann est désirée par tous, et finalement Sam et Edda se retrouve au beau milieu d’un règlement de comptes local. C’est probablement là que le film se rate en étant trop sérieux. Dès le départ on est plongé dans ce qui s’annonce comme une comédie, mais le scénario se refuse à aller vers quelque chose totalement déjanté. Il faut attendre la dernière demi-heure pour trouver ce petit grain de folie qui fait tant défaut au film. Et c’est dommage car le casting est à la hauteur. Kostja Ullmann (Sam) est touchant dans la peau d’un jeune professeur plein d’humanité se retrouvant au milieu d’une bande de dingues. Alli Neumann (Edda) est parfaite, tout comme Sophia Thomalla (Katja) en femme fatale. Quant à Sascha Alexander Gersak (Herrmann), s’il a tendance à en faire un peu trop, son personnage mi-dingo mi-loser reste une caricature assez classique de ce genre de scénario.

Au final, on ne peut que dire dommage. Le film oscille entre comédie noire sanglante et un côté sérieux parfois trop présent. Entre un début prometteur et un final plutôt réussi, demeure tout le reste du film, qui malheureusement peine à emballer.

Un très mauvais plan, disponible sur Netflix le 4 décembre.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 + 14 =