Chambers : série Netflix pas flippante et décevante

Présentée comme un Young Adult horrifique, Chambers est la nouvelle série Netflix de la semaine. Avec une bande-annonce prometteuse, et Uma Thurman au casting, Chambers avait de quoi nous enchanter. Malheureusement, au terme des 10 épisodes de cette première saison, la série créée par Leah Rachel se montre plutôt décevante.

Chambers
Uma Thurman dans Chambers

Après un arrêt cardiaque, Sasha, jeune fille de 15 ans reçoit une greffe de coeur, celui de Becky, adolescente décédée dans des conditions mystérieuses. Quelque temps après, Sasha commence à avoir d’étranges visions semblant provenir de la défunte. Celle-ci chercherait-elle à lui expliquer les circonstances de sa mort ? Son esprit chercherait-il tout simplement à se libérer ? Tel est donc le point de départ de Chambers. Et tout commence de façon plutôt lente. Les deux premiers épisodes servent à nous présenter les personnages, mais pour le côté horrifique ou terrifiant, il faudra patienter encore un peu. A tel point, que l’on commence alors à se demander ce que l’on est réellement entrain de regarder. Drama adolescent, thriller classique évoluant autour de la résolution du décès de Becky, mystère empreint de surnaturel avec des personnages semblant flirter avec une secte, Chambers est finalement tout cela à la fois. Et comme souvent en pareil cas, à force de vouloir tout mélanger, on finit par se perdre. Si le côté mystérieux de la série est plutôt bien entretenu, la déception vient clairement du côté horrifique, ou plus exactement de son absence. Quelques scare jumps distillés au compte-gouttes, et qui frôlent parfois le ridicule, et un final digne d’une série B des années 50.

On pourra alors se consoler avec le casting, impeccable de bout en bout. La jeune Sivan Alyra Rose dans le rôle de Sasha délivre une prestation sans faute. A ses côtés, et toujours du côté « jeunes », Griffin Powell-Arcand (TJ, petit ami de Sasha), Nicholas Galitzine (Eliott, frère de Becky) et Kyanna Simone Simpson (Yvonne, meilleure amie de Sasha) sont tout aussi excellents. Et bien entendu, rien à dire du côté des « vétérans », Uma Thurman et Tony Goldwyn, qui dans le rôle des parents de Becky, n’ont plus rien à prouver. Nous n’oublierons pas Marcus LaVoi (Big Frank, oncle de Sasha), qui derrière son physique de bûcheron, offre un personnage tout en émotion.

En résumé, Chambers est une belle déception. Après un début plutôt lent mais prometteur, la série semble chercher son orientation jusqu’à la fin. Mélange de drama lycéen, thriller et film d’horreur, le tout se regarde sans grande saveur. Et si vous cherchiez à sursauter et vous faire peur, ce n’est clairement pas avec Chambers que cela arrivera. Là encore, la bande-annonce est plutôt trompeuse.

Chambers, saison 1 de 10 épisodes, disponible sur Netflix depuis le 26 avril.

 

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 ⁄ 11 =