Critique de ANNIHILATION sur Netflix !

Critique ci-dessous SANS SPOILERS !

ANNIHILATION, le nouveau film de Science Fiction signé Alex Garland (réalisateur de l’excellent Ex Machina) débarque aujourd’hui sur Netflix, quelques jours après sa sortie en salles aux Etats-Unis. Si le scénario parait plutôt simple et limpide aux premiers abords, il en est tout autrement après visionnage. Explications.

Lena (Natalie Portman), ancienne militaire désormais biologiste, est mariée à Kane (Oscar Issac), lui aussi militaire, porté disparu depuis près d’un an. Contre toute attente, Kane revient un jour à la maison mais semble différent, ayant du mal à s’exprimer et surtout, souffrant d’une hémorragie interne. L’ambulance les conduisant à l’hôpital est interceptée par les militaires, et Lena se réveille alors dans un complexe aux allures d’hôpital militaro-scientifique. Le Docteur Ventress (Jennifer Jason Leigh) lui révèle alors l’existence d’une zone ‘contaminée’ d’origine inconnue, d’où Kane est revenu. Pour tenter de sauver son mari désormais aux portes de la mort, Lena décide de rejoindre un groupe de 4 femmes scientifiques qui entrera dans la zone afin d’en percer les mystères. Le but est de rejoindre un phare, touché au début du film par une sorte de météorite, point de départ de la contamination, et qui ne cesse de se répendre depuis. Les 5 femmes vont alors découvrir un monde à la fois inquiétant et fascinant, où l’ADN de tout être vivant (y compris le leur) se modifie, se décompose et se recompose. On y croise alors un alligator aux dents de requin, ou des plantes en forme d’être humain.La question de cet ADN mutant est la base centrale du film, où la notion d’autodestruction est permanente. Que ce soit Ventress qui nous explique que l’on a cela dans les gênes, une propension inconsciente à mettre nos vies parfaites en l’air, que ce soit par les flashbacks dans la vie de Lena (elle a trompé son mari), ou bien encore par le passé (destructeur) de ses acolytes (une ancienne toxicomane, etc..). Kane non plus n’est pas exempté par la destruction, comme le découvrira Lena vers la fin du film.

Si tout n’est pas aussi simple que le montre ce petit résumé, c’est parce ANNIHILATION est rempli de mystères et de questions sans réponses. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le film n’est sorti en salles qu’aux Etats-Unis, et sur Netflix dans le reste du monde. Les producteurs ont craint que le film ne soit trop abstrait ou trop compliqué pour certains. On ne sait rien de l’origine exacte de la contamination, si le sort de Kane est tranché, celui de Lena reste quant à lui, beaucoup plus ambigü à la fin. A chacun d’avoir sa propre théorie et ses explications sur la question. Cette absence de réponses fait la force et la faiblesse du film. Certains trouveront cela trop complexe, voire trop métaphysique, d’autres en revanche se laisseront porter par une contemplation presque poétique que nous offre le final dans le phare.

Le film d’Alex Garland est en tout cas magnifique d’un point de vue visuel. La photographie, les décors et les effets spéciaux sont parfaitement soignés, ainsi que les nappes sonores. Natalie Portman délivre une prestation remarquable, et aux côtés de Jennifer Jason Leigh, nous retrouvons également Gina Rodriguez, Tuva Novotny et Tessa Thompson. Casting irréprochable, visuel remarquable, et suspense entretenu jusqu’au bout, ANNIHILATION est une bonne surprise qui mérite le détour !

NOTE : 4/5

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 + 14 =