HOSTILES : une chevauchée fantastique !

Critique ci-dessous SANS SPOILERS !

L’affiche française de HOSTILES nous promet « Le meilleur Western depuis IMPITOYABLE », et soyons clairs d’entrée : c’est le cas. Le film de Scott Cooper nous invite à un horse-trip en territoire hostile, entre le Nouveau Mexique et le Montana, en passant par le Colorado. Comme souvent dans les westerns, le scénario est assez basique : Jo Blocker, capitaine de l’armée renommé, connu pour sa haine des Indiens et son palmarès impressionnant dans ce domaine, se voit confier la mission d’escorter un chef Cheyenne jusqu’à sa tribu dans le Montana. Ce même chef indien qui des années plus tôt a décimé les proches camarades de Blocker. Les bases d’un périple qui s’annonce plus que chaotique sont alors posées. Reste toutefois un élement pour compléter le tableau : Mrs Quaid. Récupérée dès le début du voyage par Blocker et ses hommes, elle vient de perdre mari et enfants, sauvagement assassinés par une horde Comanche. La traversée de l’Amérique peut alors commencer…

Et puisqu’il s’agit d’un western, cette chevauchée s’accompagne inévitablement de mauvaises rencontres, qui forgent le caractère même du film : l’évolution psychologique des différents personnages. Il est ici question de foi, de rédemption, de haine et d’amour de l’autre. Les nombreuses scènes de dialogues, presque intimes pour certains, entre Blocker et ses hommes, entre Blocker et Mrs Quaid, invitent le spectateur à une réflexion, une introspection, à remettre en cause ses propres croyances, accepter que l’on puisse avoir tord quand on croit avoir raison.

L’autre force du film de Cooper est bien évidemment le duo formé de Christian Bale et Rosamund Pike. Les deux comédiens délivrent une prestation sans aucune fausse note. Il n’y a qu’à voir Mrs Quaid enterrer les siens à mains nues, ou la compassion dans les gestes et les mots de Blocker, pour s’en convaincre.Enfin, les paysages grandioses que peuvent offrir une traversée sud/nord de l’Amérique, sont sublimés par une très belle photographie signée Masanobu Takayanagi, et une excellente bande sonore.

Alors oui, HOSTILES est peut-être passé à travers les récompenses aux Golden Globes et aux Oscars, mais le film est une vraie réussite. Effectivement le meilleur Western depuis IMPITOYABLE de Clint Eastwood (ou bien peut-être à égalité avec l’excellent BRIMSTONE sorti l’année dernière…). Un pur bijou de cinéma à voir absolument.

Note : 4/5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 − 17 =