Escape at Dannemora : la mini-série magistrale à ne pas louper

Escape at Dannemora, mini-série en 7 épisodes relatant l’incroyable évasion de deux détenus d’une prison de l’Etat de New York, arrive ce soir sur Canal+. Le producteur et réalisateur Ben Stiller, plutôt connu pour ses rôles de comédies, délivre ici une fiction sombre et glauque de toute beauté, à ne louper sous aucun prétexte.

Escape at Dannemora
Patricia Arquette, magistrale dans Escape at Dannemora.

Inspirée du fait divers réel de 2015 qui occupa l’antenne des chaînes d’informations pendant des semaines, Escape at Dannemora, revient point par point sur l’évasion de ces deux détenus, facilitée par une employée de la prison. La grande réussite de la série est de présenter le fait divers sous tous ses aspects. Les prisonniers bien sûr, l’employée de l’atelier de confection dans lequel ils travaillent, et avec qui ils entretiennent une relation, mais aussi l’environnement carcéral, et la ville. Le tout parvient à créer une ambiance à la fois glauque et pesante, sublimée par une photographie froide qui colle parfaitement au décor glacial et hivernal de cette bourgade perdue dans le nord de l’Etat. Le tout accompagné d’une bande-son magistrale. Et Ben Stiller a pris le temps nécessaire d’esquisser le portrait de ses personnages. Les deux prisonniers (Benicio Del Toro et Paul Dano) sont à priori aux antipodes l’un de l’autre. Del Toro et son physique imposant incarne la force tranquille, le cerveau de l’opération. Dano est quant à lui, le suiveur. Un poil loser, il va néanmoins se jeter à corps perdu dans l’opération, et la métamorphose de son personnage opère tout au long des sept épisodes. Mais si le duo masculin est absolument parfait sur toute la ligne, on retiendra avant tout l’incroyable présence de Patricia Arquette à l’écran. Incarnant l’employée manipulée et manipulatrice qui aide les détenus à s’évader, l’actrice, méconnaissable physiquement ou presque, délivre une prestation époustouflante. C’est donc sans surprise que l’actrice s’est vue récompensée dimanche dernier du Golden Globe de la meilleure actrice dans une mini-série. Et l’on n’oubliera pas de saluer au passage la prestation d’Eric Lange dans le rôle du mari de Patricia Arquette, irrésistible de bout en bout, en plouc dépassé par à peu près tout ce qui l’entoure.

S’il fallait trouver un défaut, ou plus exactement un (petit) bémol à Escape at Dannemora, ce serait peut-être l’épisode flashback visant à nous montrer comment les deux compères se sont retrouvés derrière les barreaux. Si l’intention est plus que louable (et indispensable) dans la compréhension des personnages, cet épisode casse un petit peu le rythme de la série. Pour le reste, vous l’avez compris, c’est du tout bon ! Un trio d’acteurs magnifiques et une réalisation parfaite font de Escape at Dannemora la mini-série à ne surtout pas rater en ce début d’année !

Escape at Dannemora à partir du 10 janvier sur Canal+.

 

Credit photos (c) Showtime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 + 13 =