La Force du vent : un premier amour estival en forme de thérapie

En ce mois de février, Netflix nous donne un avant-goût d’été avec le film polonais, « La Force du vent« . Un premier amour estival pour Ania et Michal, sur les côtes venteuses de la mer Baltique.

Ce n’est ni en Espagne ou en Italie, mais bien dans la baie de Gdansk, au nord de la Pologne, que « La Force du vent » nous emmène. Ania, brillante étudiante en médecine, passe ses vacances avec son père et sa nouvelle belle-mère. Elle y croise le chemin de Michal, un moniteur de kitesurf, qui avec ses amis, profitent de l’été en mode musique, liberté et insouciance. Mais ce coup de foudre va se révéler être bien plus qu’une amourette de vacances pour Ania…

Tout commence de façon très classique. Deux mondes différents qui se télescopent au premier regard. Ania, la riche et brillante étudiante logeant dans un hôtel huppé. Et Michal, le beau kitesurfeur en mode « hippie » dans son vieux Combi avec ses amis. Ajoutez un entourage composé d’un père protecteur et d’amis jaloux, et l’ensemble englobe rapidement avec tous les clichés du genre. Les scènes romantiques en contre-jour ou en ombres chinoises sur des soleils levants ou couchants, c’est certes joli, mais ça ne suffit pas à faire un bon film. Idem pour les scènes de kitesurf, superbement filmées, soit dit au passage. Il faut alors attendre l’inévitable petite touche dramatique qui vient s’ajouter à la romance : malgré une thérapie, Ania ne s’est jamais remise du décès de sa mère quelques années auparavant. Idem pour son père, malgré l’arrivée d’une nouvelle femme dans sa vie. Alors ce premier amour pour Ania sera-t’il l’élément déclencheur d’un goût retrouvé à la vie ? On vous laisse le découvrir par vous-mêmes.

Pour résumer, « La Force du vent » ne transportera pas plus que cela les amoureux de comédies romantiques pour ados. L’ensemble est assez convenu, parfois cliché comme évoqué ci-dessus, et donne inévitablement un sentiment de déjà-vu. En revanche, le charme et l’alchimie entre Sonia Mietielica (Ania) et Jakub Sasak (Michal) est indéniable, et restent l’atout majeur du film réalisé par Kristoffer Rus.

« La Force du vent« , disponible sur Netflix.

Credit photos (c) Netflix.

Une pensée sur “La Force du vent : un premier amour estival en forme de thérapie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 + 8 =