L’oubli des écureuils : Emilia Schüle et l’enfer de la démence

Arte propose à la diffusion, « L’oubli des écureuils« , une tragi-comédie familiale allemande avec Emilia Schüle confrontée à la démence sénile d’un vieil homme.

Synopsis : Marija (Emilia Schüle), une jeune Ukrainienne, arrive en Allemagne pour s’occuper à plein temps de Curt, un homme atteint de démence sénile. Mais la fille de Curt, Almut, avide de contrôle, ne tarde pas à voir Marija comme un élément perturbateur. Après une violente dispute, Marija se retrouve seule avec le vieil homme, qui la prend pour sa défunte femme. C’est alors que débarque Philipp, le fils de Curt.

Ecrit et réalisé par Marc Dietschreit et Nadine Heinze, « L’oubli des écureuils » suit le voyage en enfer de la jeune Marija, venue s’occuper d’un vieil homme sénile en Allemagne. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Les règles strictes imposées par la fille de Curt donnent le ton dès le début : blouse obligatoire, pas de maquillage ni de bijoux, visites interdites, strict respect des horaires de repas, et vérification des selles du viel homme ! Celui-ci est grincheux, et disons-le clairement, pas vraiment sympathique. Mais la jeune femme s’accroche à la tâche, et se prend d’affection pour Curt. Surgit alors Philipp, le fils de la famille, qui va tomber sous le charme de Marija.

Après visionnage, difficile de trancher entre » comédie humaine » et « voyage en enfer chez les bourgeois allemands ». Le film nous offre quelques scènes intenses et déchirantes, mais frôle également parfois le grotesque. C’est notamment le cas avec le personnage de Philipp, qui a défaut de vouloir/pouvoir épouser Marija, lui propose ni plus ni moins de lui servir d’escorte de luxe. Une chose est en revanche certaine : l’excellente prestation (comme toujours !) d’Emilia Schüle. L’actrice de la série « Ku’damm 56/59/63« , « Traumfabrik » ou encore « High Society » se fond avec aisance dans son personnage tout en nuances. Elle reste assurément l’atout numéro 1 du film.

Sorti en pleine pandémie l’année dernière en Allemagne, « L’oubli des écureuils » est probablement passé à côté de son public. Malgré ses quelques points faibles, le film parvient à maintenir l’intérêt du spectateur sans aucun problème. Et pour ceux qui se poseraient la question du titre, celui-ci fait référence à ces charmantes petites bêtes qui avant l’hiver font des provisions de noix, avant d’oublier où elles se trouvent, et de mourir de faim…

« L’oubli des écureuils« , proposé sous le titre « La mémoire de l’amour« , sera rediffusé le 30 juin à 1h35 sur Arte. Avec Emilia Schüle, Günther Maria Halmer, Anna Stieblich, et Fabian Hinrichs.

Credit photos (c) SWR /Ziegler Film.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
38 ⁄ 19 =