Caïd : une immersion haletante dans la guerre des gangs d’une cité

Après avoir été primé en 2017 à Cognac avec le prix du meilleur film policier, « Caïd » débarque aujourd’hui sur Netflix en version série. Dans un format court inédit, 10 épisodes d’environ 10 minutes chacun, la série nous plonge au coeur d’une cité de Martigues où trafic de drogue et guerre des gangs rythment le quotidien.

A la tête d’un réseau de stupéfiants dans sa cité, Tony (Abdramane Diakité) sort tout juste de prison, et rêve de devenir rappeur. Un label de disques envoie sur place un réalisateur, Franck (Sébastien Houbani), et un caméraman pour le tournage d’un clip. Loin du standard habituel, les deux hommes vont alors être plongés dans le quotidien de cet ensemble urbain, où les choses dégénèrent très vite : fusillades, règlements de comptes, et violence quotidienne sont les ingrédients principaux d’un tournage peu ordinaire, et au final, très risqué.

Tournée entièrement en caméra épaule, celle-ci peut se montrer perturbante au premier abord, mais permet une immersion totale, qui est la grande réussite de la série. On frise parfois le docu-fiction, et tout s’enchaîne très rapidement. On court avec eux, on a peur avec eux, et le tout est d’un réalisme saisissant. Et au milieu de toute cette violence, il y a l’humain, avec ces personnages attachants. Derrière le caïd Tony se cache un homme en quête de rédemption, pour qui le salut peut venir du rap. Sa soeur incarne quant à elle les femmes fortes des cités, n’hésitant pas à sermonner Tony, et refusant que le petit frère soit mêlé à tout cela. Il y a surtout la réalité d’un quotidien bien différent de celui que certains imaginent : les dealers ne dorment pas bien la nuit, on protège sa famille autant qu’on l’expose, et les petits risquent bien de mal tourner en admirant ces grands frères.

Réalisée par Nicolas Lopez et Ange Basterga, « Caïd » garde les mêmes ingrédients, la même équipe et les mêmes acteurs que le film éponyme de 2017. Mais le format court utilisé ici pour la série, renforce l’authenticité, comme si chaque épisode était un rush brut tout droit sorti de la caméra. Une vraie réussite à ne pas louper.

Caïd, disponible sur Netflix le 10 mars.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 − 16 =