GLOW saison 2 sur Netflix, c’est toujours aussi bon !

Un an après la diffusion de la première saison, les filles de GLOW ont fait leur retour sur le ring de Netflix. Unanimement saluée par la critique l’année dernière, cette nouvelle fournée d’épisodes reprend là où l’histoire s’achevait : un contrat de production du show en poche, il ne reste désormais plus qu’à le tourner ! Et cela va s’avérer être plus compliqué que prévu. Les trois premiers épisodes de cette seconde saison laissent d’ailleurs un léger doute s’immiscer dans l’esprit du spectateur. Là où la première saison était bâtie autour d’une équipe soudée (en tout cas plus ou moins à la fin) et déterminée à prouver que le catch féminin pouvait passionner les foules, la nouvelle saison s’ouvre au contraire sur une multitude de dissensions. Sam (Marc Maron), empêtré dans sa relation compliquée avec sa fille, semble ne pas croire au projet, et à force de coups de gueule répétés, le personnage en devient presque antipathique… GLOW aurait-elle alors perdu ce qui faisait son charme ? Rassurez-vous, non. Passés ces trois premiers épisodes, le show retrouve sa vitesse de croisière, et nous réserve même quelques bonnes surprises. On pense tout naturellement à l’épisode 8 qui nous présente ce qu’est le show entrain de se filmer, et qui nous réserve une bonne séquence de WTF : rien que la parodie de la chanson ‘We are the world’, pour nous expliquer qu’il ne faut pas enlever les enfants, que ce n’est pas bien du tout, est à mourir de rire. L’épisode 5 sait lui surfer sur l’actualité, et transporte le phénomène #MeToo dans les années 80, avec le boss de la chaîne qui conduit ses interviews dans sa chambre d’hôtel. Ruth (Alison Brie) ne se fera pas prendre…

glow
Alison Brie, alias Zoya the Destroyer, dans GLOW.

Cette deuxième saison de GLOW est, comme la première, une belle réussite. Drôle, tendre parfois, elle laisse un petit peu de côté le catch pour se concentrer sur ses protagonistes. Ruth, qui rêve toujours d’écrire et de diriger, Debbie (Betty Gilpin) qui a du mal à gérer divorce et éloignement de son enfant, Sam, comme évoqué plus haut, doit apprendre à vivre avec sa fille adolescente un brin rebelle, et Sebastian (Chris Lowell), le producteur qui croit dur comme fer au projet, et qui est toujours là pour raccommoder les choses. Bref, le casting qui avait su nous séduire la saison dernière, répond une nouvelle fois présent cette année, et de belle manière. Si vous avez aimé la première saison de GLOW, la suite des aventures des Gorgeous Ladies Of Wresling ne vous décevra pas. Le final de cette saison ouvre bien évidemment la porte à une éventuelle saison 3, et au vu de la qualité du show et de son accueil critique, il est fort à parier que Netflix lui accordera cette chance dans les prochaines semaines.

La saison 2 de GLOW se compose de 10 épisodes, et est disponible sur Netflix depuis le 29 juin dernier.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 − 11 =