Letter to You : une lettre de Springsteen aux allures de testament

A l’occasion de la sortie de son vingtième album « Letter to You« , Bruce Springsteen offre à ses fans un documentaire du même nom, tiré de l’enregistrement studio de ce nouvel opus. Au crépuscule d’une vie et d’une carrière entamée il y a cinq décennies, cette « lettre » sonne comme un adieu, voire comme un testament.

« Ce que j’ai découvert des bons et des mauvais jours / Je l’ai écrit tout entier dans l’encre et le sang / J’ai plongé dans mon âme / Et j’ai signé de mon nom / Cette lettre que je vous envoie ». C’est avec ces mots tirés du titre phare de l’album, qu’à 71 ans le boss nous revient avec 9 nouvelles chansons, enregistrées en cinq jours seulement dans son studio du New Jersey. C’est précisément là que le réalisateur Thom Zimny a posé sa caméra, pour filmer l’enregistrement de ces nouvelles compositions. Springsteen est entouré une fois de plus par son légendaire E Street Band : Roy Bittan, Nils Lofgren, Patti Scialfa, Garry Tallent, Stevie Van Zandt, Max Weinberg, Charlie Giordano, et Jake Clemens, tous sont là. Sur la forme, rien que du très banal, si ce n’est le choix du N&B, qui sied à merveille aux décors enneigés de ce coin d’Amérique rurale. Des sessions de studios où chacun apporte sa contribution, donne son avis, et joue sa partition. Le tout est entrecoupé de quelques images d’archives pour illustrer les propos du Boss. Et c’est justement sur le fond, que ce Letter to You fait mouche.

En voix off Springsteen présente chacune des chansons, les thèmes abordés, et l’inspiration qui les a fait naître. Tout n’est question que de temps qui passe, de la vie, et de la mort. Que ce soit avec Last Man Standing où il évoque son premier groupe de rock en 1965, The Castiles, dont il est aujourd’hui le dernier membre vivant. Ou plus encore avec One Minute You’re Here, pour rappeler si besoin qu’une minute suffit pour passer de vie à trépas. Et de conclure avec les être disparus dans un somptueux I’ll See You in my Dreams, notamment dédiés à Clarence Clemons et Danny Federici, membres du E Street Band aujourd’hui disparus. Un titre qui sonne comme un testament, une déclaration d’amour à son groupe, mais surtout à la vie qui est une bénédiction de chaque instant.

Et musicalement dans tout ça ? Soyez rassurés, c’est du Bruce Springsteen pur jus. Tant dans la construction rythmique que mélodique, le son du E Street Band est reconnaissable entre tous. Tout comme la voix râpée du Boss, poussée parfois à la limite. En résumé, d’un point de vue musical comme documentaire, ce Letter to You est un pur régal.

Letter to you, documentaire disponible sur Apple TV+.

Credit photos (c) Apple TV+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 − 6 =