Into the Beat : un teen movie classique, hip-hop, et très convenu

La nouveauté du jour sur Netflix est musicale, et nous arrive d’Allemagne avec « Into the Beat« . Sorti l’été dernier en salles outre-rhin, le film réalisé par Stefan Westerwelle nous entraîne dans les pas d’une jeune danseuse classique, prête à tout remettre en cause pour le hip-hop.

Katya (Alexandra Pfeifer) est une jeune ballerine prête à réaliser son rêve : intégrer la prestigieuse New York Ballet Academy à l’issue d’une audition qui ne devrait être qu’une formalité pour elle. Mais son univers se retrouve chamboulé, lorsqu’un soir elle croise un groupe de jeunes breakdancers. La force, les émotions, et la liberté dégagées par ces battles de hip-hop résonnent instantanément en elle, mais elle doit faire face à un profond dilemme. Son père (Trystan Pütter), danseur étoile renommé, n’imagine qu’une seule voie pour elle, la danse classique. Alors Katya est-elle prête à abandonner son rêve de danseuse étoile, et à briser la relation fusionnelle qu’elle entretient avec son père ?

« Into the Beat » est un teen movie des plus classiques et convenus. Passé le coup de foudre de Katya plutôt brutal et sorti de nulle part pour le hip-hop, le film s’appuie alors sur deux piliers : l’inévitable romance gentillette entre Katya et Marlon (Yalany Marschner), le jeune breakdancer avec qui la jeune fille s’associe pour danser en duo. Et puis le drama familial, où le père veuf, qui élève seul ses deux enfants, voit sa carrière stoppée net, et les rêves d’avenir pour sa fille s’envoler. Le tout n’est pas particulièrement mauvais, mais l’originalité n’est clairement pas la qualité première du scénario. Le spectateur peut alors se consoler avec un casting séduisant, et notamment les deux jeunes protagonistes principaux. L’un et l’autre signent ici leur premier rôle dans un long-métrage, et nul doute que leur performance ne passera pas inaperçue. On retrouve également avec plaisir Trystan Pütter, le « Freddy » de la série Ku’damm 56/59/63, qui passe ici du rock n’roll au ballet classique.

En résumé, « Into the beat » ne brille guère par son originalité, mais se laisse regarder sans déplaisir, et notamment pour les amateurs de danse hip-hop, qui apprécieront son univers musical.

« Into the Beat« , disponible sur Netflix le 16 avril.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
19 + 30 =