Les Fils de Sam : tueur solitaire ou culte satanique ? le docu-série passionnant

Netflix vient de dévoiler « Les Fils de Sam« , un nouveau docu-série en 4 épisodes, qui retrace l’étrange affaire d’un tueur en série qui a sévi dans les rues de New York entre 1976 et 1977. Et comme toujours avec les true crime de la plateforme, le résultat est aussi terrifiant que passionnant.

New York, 1976, la ville est en plein chaos : meurtres, violence, drogues, et viols sont le quotidien de la mégalopole. Mais durant l’été, un événement va venir ternir encore un peu plus le tableau de la ville. Une jeune femme est abattue d’une balle dans la tête, sans mobile, et sans raison apparente. Pire, le même scénario va se reproduire à plusieurs reprises les semaines suivantes. A chaque fois, les victimes sont des jeunes gens (bien souvent des femmes) qui semblent avoir été choisies « au hasard ». La police, désormais convaincue d’avoir à faire à un tueur en série, désigne le coupable sous le nom du « tueur au calibre 44 », en référence à l’arme utilisée, jusqu’à ce que l’auteur présumé ne se manifeste par des lettres adressées à un journaliste, Maury Terry. L’homme déclare être « le Fils de Sam », du nom d’un chien possédé par le Diable, et qui lui ordonne de tuer ses victimes. La psychose s’installe dans la ville, plus personne n’ose sortir le soir, et les femmes aux longs cheveux noirs (qui semblent être un point commun entre les victimes) les cachent ou les font couper. Après plusieurs portraits robots et de longs mois d’enquête, un suspect est finalement interpellé à l’été 1977 : David Berkowitz, un postier de 24 ans, reconnait les faits, et déclare lors de son arrestation être « Le Fils de Sam ».

L’histoire aurait pu s’arrêter là. Mais Maury Terry n’est pas convaincu par l’enquête de la police. Et le docu-série va alors retracer toutes les investigations du journaliste, persuadé que Berkowitz n’a pas agi seul. Par la voix de Paul Giamatti en narrateur, Terry livre ses conclusions les unes après les autres, et l’ensemble fait froid dans le dos. Derrière la série de meurtres se cacherait un culte satanique qui opèrerait sur tout le territoire américain. Les recherches de Terry, qui ont tourné à l’obsession de toute une vie, semblent crédibles et cohérentes, mais la police a toujours réfuté ses hypothèses.

Comme toujours avec les docu-séries sur Netflix, l’ensemble s’appuie sur les images d’archives de l’époque, les interviews présentes et passées des différents protagonistes de l’affaire, et le résultat est totalement passionnant. Reste au final la question centrale de toute l’histoire : les théories de Maury Terry sont-elles fondées, ou bien n’a t’il vu dans ses découvertes que ce qu’il voulait bien voir ? Lors de ses entretiens avec David Berkowitz, l’orientation de ses questions (et les (non)réponses apportées !), peuvent laisser place au doute…. A chacun de se faire sa propre opinion.

Les Fils de Sam, docu-série en 4 épisodes, disponible sur Netflix.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 − 12 =