« Sophie : L’affaire Toscan du Plantier », l’excellent documentaire signé Netflix

Quelques jours après l’excellent « Meurtres sur la Costa del Sol: l’Affaire Wanninkhof-Carabantes« , un autre true crime passionnant débarque ce mercredi sur Netflix : « Sophie : L’affaire Toscan du Plantier« .

C’est l’une des affaires criminelles les plus marquantes de ces trente dernières années. Nous sommes en 1996, à l’avant-veille de Noël. Sophie Toscan du Plantier, épouse du célèbre producteur de cinéma, est arrivée depuis quelques jours dans sa maison irlandaise, isolée face à la mer. Ce soir là, les clés restées sur la serrure à l’intérieur prouvent qu’elle a ouvert la porte à quelqu’un, avant d’être traînée puis massacrée à coup de pierres sur le chemin menant à la maison. La découverte du corps le lendemain matin laisse la petite communauté locale sous le choc. Aucun crime n’a jamais été commis ici depuis un siècle, et la police locale n’est pas préparée pour traiter ce genre d’affaires. La scène de crime n’est pas sécurisée, et bien des indices disparaissent avant même d’avoir été relevés.

Pourtant, très vite un suspect semble émerger des investigations policières : Ian Bailey. L’homme est un journaliste local, le premier arrivé sur les lieux du crime. Tout semble le confondre : il en sait trop, a été aperçu la nuit du meurtre à moins de deux kilomètres du domicile de Sophie, des vêtements ont été brûlés dans son jardin, et surtout, il présente des traces de griffures sur les avant-bras et le front. Et les relevés sur le corps de la victime ont montré qu’elle s’était défendue… Malgré toutes les preuves accablantes (bien qu’indirectes), la justice décide qu’elle ne peut poursuivre Ian Bailey. Arrêté à deux reprises, il est à chaque fois relâché.

Le documentaire s’attache alors à développer en détail les différentes étapes d’un feuilleton judiciaire qui dure depuis 25 ans. Outre les témoignages des proches, de la famille de Sophie, des habitants du village, et des enquêteurs de l’époque, celui qui retient toute l’attention du spectateur, est celui de Ian Bailey lui-même. L’homme témoigne sans détour face caméra et semble avoir réponse à tout. Plus de vingt ans après les faits, il vit toujours au même endroit, libre.

Au terme des trois heures que dure le documentaire, chacun reste libre de se faire sa propre opinion, mais la culpabilité de Bailey semble évidente aux yeux de tous. Le combat de la famille de Sophie a permis à la justice française de le condamner par contumace à 25 ans de prison, mais l’Irlande a toujours refusé de l’extrader… Alors le combat pour la justice continue, et le fils de Sophie de conclure : « Si Bailey passe depuis toujours entre les gouttes, je ferai tout pour qu’un jour les gouttes lui tombent dessus ».

« Sophie : L’affaire Toscan du Plantier« , en 3 épisodes d’1 heure, disponible sur Netflix.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 × 11 =