All Day and A Night : drame introspectif d’une relation père/fils

All Day and A Night figure parmi les nouveautés arrivées sur Netflix ce 1er mai. Un long (et lent) drame introspectif d’une relation père/fils dans un quartier pauvre et gangrené par les gangs d’Oakland.

« Si vous aviez toute la journée et une nuit pour comprendre votre vie, par où commenceriez-vous ? ». Jah (Ashton Sanders) vient d’écoper d’une peine de prison à vie pour un double meurtre. En voix off depuis la cour de la prison, il se pose cette question. Quels sont les comment et les pourquoi qui l’ont conduit ici. Et le récit de son existence va alors se dérouler sous forme de flashbacks successifs. L’enfance dans un quartier black et pauvre d’Oakland. Un père (Jeffrey Wright) drogué, dealer et meurtrier qui le tabasse pour lui « apprendre » la vraie vie, telle qu’elle se déroule dans le quartier. Puis l’adolescence où Jah rêve de devenir rappeur pour échapper à cette spirale infernale qui semble entraîner tout le monde de façon inexorable. Puis quelques mois avant le meurtre, Jah semble heureux. Il a réussi à se tenir éloigner de la drogue et des gangs. Son ami d’enfance est lui devenu dealer, et un autre est rentré de l’armée dans une chaise roulante. Enfin sa petite amie lui annonce qu’elle est enceinte. Désormais, ce fils qu’il n’a jamais vu, est né. Est-il possible qu’il puisse ne pas suivre la même route que lui ?

Réalisé par Joe Robert Cole, All Day and A Night étudie, comme tant d’autres avant lui, cette relation père/fils. Depuis l’enfance Jah s’est promis de ne pas finir comme son père, et pourtant les deux se retrouvent dans la même cour de prison. Le récit est très très lent, à mi-chemin entre mélancolie et résignation. La voix off de Jah est monocorde, et les flashbacks nous font découvrir un personnage taiseux. Le film présente bien des aspects propres aux films indie. Une photographie très soignée, et quelques envolées visuelles de toute beauté, comme quand Jah enfourche un vélo pour aller rejoindre un groupe d’enfants. Mais malheureusement, et c’est son principal défaut, le film s’étire un peu trop en longueur. Et si les flashbacks successifs nous ramènent constamment vers la prison, ils ne suffisent pas à donner du rythme à la narration.

En résumé, All Day and A Night est un drama assez classique, et de bonne facture. Porté par les excellentes performances de Ashton Sanders et Jeffrey Wright, il n’évite cependant pas certains clichés. C’est lent, c’est sombre, mais avec quand même une petite note d’espoir finale.

All Day and a Night, disponible sur Netflix.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 × 26 =