Contrôle Parental : une comédie délirante pour amateurs du genre

Ami lecteur, si tu aimes les comédies déjantées, qui volent au ras des pâquerettes, et bien souvent en dessous de la ceinture, alors Contrôle Parental est fait pour toi ! Un film où il n’y a rien à comprendre, où il n’y a qu’à laisser son cerveau à l’entrée de la salle, bref, un film parfait pour l’été !

contrôle parental
Le trio de choc de Contrôle Parental.

Lorsque trois parents découvrent que leurs filles respectives ont conclu un pacte en vue de perdre leur virginité le soir du bal de promo, leur sang ne fait qu’un tour, et mettent tout en oeuvre pour empêcher que cela ne se produise. Un scénario aussi simple et basique qui entraîne nos trois parents dans une folle course poursuite le temps d’une nuit. La bande-annonce affiche clairement la couleur, et si vous êtes sensibles à ce genre d’humour, alors Contrôle Parental va vous faire passer un bon moment. Car au-delà des blagues et autres situations graveleuses (avec Seth Rogen dans la liste des producteurs, pouvait-il en être autrement ?), Contrôle Parental déroule sur un rythme soutenu un enchaînement de situations plus loufoques les unes que les autres. Et il faut bien l’admettre, de façon plutôt réussie. Le mérite en revient principalement au trio de choc constitué de Leslie Mann, John Cena et Ike Barinholtz dans le rôle des parents. Si leur intention première peut être sujet à discussion, leur côté « losers » et dépassés par la situation nous obligent à les trouver sympathiques. Lisa (Leslie Mann), mère célibataire, se rêve en meilleure amie de sa fille, refusant d’admettre que l’université l’éloignera d’elle prochainement. C’est elle la chef du groupe, et Leslie Mann délivre une performance hilarante de bout en bout. Mitchell (John Cena) n’a clairement pas inventé l’eau chaude, et derrière son physique de catcheur se cache une âme sensible qui verse une larme à la moindre émotion. Quant à Hunter (Ike Barinholtz), c’est le père divorcé, bon vivant à la cool attitude affichée en toute occasion. Coté progéniture, Kathryn Newton, Geraldine Viswanathan et Gideon Adlon incarnent les trois amies. Seule la fille de Lisa envisage sérieusement de passer à l’acte avec son petit ami. Les deux autres décident simplement de lui emboiter le pas. Mais l’une est lesbienne qui n’ose l’avouer à ses amies, et l’autre, célibataire, décide que le premier venu fera l’affaire. Tout cela évidemment pour pimenter la folle nuit qui les attend tous ! On mentionnera au passage la présence à l’écran de Gary Cole et Gina Gershon, assez irrésistibles dans leurs courtes apparitions.

Inutile d’en dire plus. Et comme Contrôle Parental est une comédie, il va de soi qu’au final, tout est bien qui finit bien. Réalisé par Kay Cannon, le film peut s’enorgueillir d’un joli parcours au box-office outre-atlantique, avec près de 60 millions de dollars récoltés. Et au niveau mondial, le pactole frôle les 100 millions. Pas mal pour un film dont l’ambition première n’est clairement pas de concourir aux prochains Oscars. Et si divertir était son ambition principale, alors Contrôle Parental y parvient sans effort, notamment pour les fans du genre.

Contrôle Parental, en salles le 1er août.

 

Credit photos (c) Universal Pictures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
1 + 30 =