Ennio Morricone, il était une fois une légende…

Le cinéma vient de perdre un géant, et le mot n’est pas trop fort. Ennio Morricone s’est éteint à l’âge de 91 ans, et laisse derrière lui sa formidable musique sur plus de 500 films.

Le Maestro italien est devenu légende au fil des décennies. Indissociable de son compatriote Sergio Leone, il signe en 1964 la musique du premier western italien du réalisateur, Pour une poignée de dollars. Le duo récidive l’année suivante avec Et pour quelques dollars de plus. La trilogie se conclut en 1966 avec Le Bon, la brute et le truand. Le duo Morricone/Leone se tourne alors vers l’Amérique, et la trilogie US de Leone commence en 1969 avec Il était une fois dans l’Ouest. Cette partition de Morricone devient probablement la plus connue de son oeuvre immense, avec notamment L’Homme à l’harmonica. Cette trilogie américaine s’achèvera en 1984 avec Il était une fois en Amérique, qui signe la dernière collaboration entre les deux hommes. Sergio Leone décédera lui en 1989.

Ennio Morricone, le 12 février 2013 à Berlin. (c) Gianfranco Zanin.

La liste est tellement longue qu’il est évidemment impossible de citer toutes les musiques signées du Maestro. De ce côté-ci des Alpes, on se souviendra notamment de la collaboration avec Henri Verneuil sur Le Clan des Siciliens, Le Casse, ou encore Peur sur la ville avec Jean-Paul Belmondo.

Si la tristesse domine à l’annonce de sa disparition, on se consolera en sachant que les légendes ne meurent jamais. Avec Ennio Morricone, ses partitions continueront de résonner pour toujours à nos oreilles, et rien que pour cela, on ne peut que dire : Grazie Maestro !

Credit photo (c) Gianfranco ZANIN / Cinereflex.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 − 7 =