I WON’T COME BACK : Road trip déchirant à découvrir en VOD

I WON’T COME BACK fait partie de ces nombreuses pépites qui auraient mérité une sortie en salles et qui ne se dénichent qu’en VOD, en tout cas pour le public français. Réalisé par IImar Raag et sorti en 2014, le film est une pure merveille, comme sait nous l’offrir régulièrement le cinéma russe (le réalisateur lui, est estonien).

I WON’T COME BACK, c’est l’histoire de deux âmes en peine. Celles d’Anya et de Kristina. La première est une jeune fille brillante, réservée et introvertie. Elevée dans un orphelinat, elle obtient ses diplômes avec les plus belles mentions. Devenue assistante d’un professeur d’université marié et père de famille, avec lequel elle entretient une relation, son quotidien bascule lorsqu’un ancien camarade lui rend visite, et lui demande de garder un paquet contenant de la drogue. Ignorant tout du contenu, elle est arrêtée par la police mais parvient à s’enfuir. Livrée à elle-même, puis conduite dans un foyer d’accueil, son physique adolescent lui permet de mentir sur son âge en déclarant qu’elle n’a que 15 ans. Elle fait alors la connaissance de Kristina, une jeune fille de 13 ans, souffre-douleur des autres pensionnaires. Elle, n’a qu’une idée en tête : s’enfuir pour rejoindre sa grand-mère, seul membre connu de sa famille, qui vit au Kazakhstan. Les deux finiront par s’enfuir, Kristina suivant Anya contre l’avis de celle-ci. Commence alors un long périple de plusieurs milliers de kilomètres à travers la Russie, direction le Kazakhstan. Un road-trip à pied et en stop qui prend des allures de coming of age, notamment pour Anya qui se découvre un nouveau rôle, celui de protéger la jeune Kristina. Deux personnages que tout oppose : Anya, froide, sur la route dans le seul but d’échapper à la police, et ne rêvant que de rejoindre son professeur. Et Kristina, enfant bercé d’innocence, d’insouciance et d’histoires infantiles plus ou moins farfelues auxquelles personne ne croit, sauf elle. Deux êtres écorchés vifs, en manque d’amour et ne rêvant que de le trouver.

I WON’T COME BACK est donc une histoire d’amour. Celui que l’on a pas reçu, que l’on cherche, celui que l’on trouve mais qu’on ne sait pas rendre, et celui que l’on perd. Magnifiquement mis en scène avec une très belle photographie, le film est un road-trip émouvant jusqu’aux larmes (on ne dévoilera rien du dénouement final ici). Le duo interprété par Polina Pushkaruk (Anya) et la jeune Vika Lobacheva (Kristina) est à couper le souffle. Disponible en VOD sur e-cinema depuis le 16 mars, I WON’T COME BACK mérite que l’on y revienne (jeu de mots !), et même plutôt deux fois qu’une.

NOTE : 4.5/5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 + 24 =