Peaky Blinders, la saison 5 arrive sur Netflix et Arte

Le temps est venu de ressortir les casquettes en tweed et de siroter du whisky ! La cinquième saison de Peaky Blinders arrive ce vendredi sur Netflix, et sera également diffusée sur Arte les 24 et 31 octobre prochains. Et si cette nouvelle saison n’est probablement pas la meilleure de la série, on vous rassure tout de suite, l’ensemble reste d’une excellente facture, à l’image des saisons précédentes.

Une cinquième saison qui s’ouvre sur le fameux crack boursier d’octobre 1929. Un jeudi noir qui va plonger le monde dans la crise, ruiner les épargnants, et le clan Shelby n’y échappera pas. Michael (Finn Cole), exilé aux Etats-Unis pour gérer les affaires de la famille outre-atlantique n’a pas suivi les conseils de Tommy, et une partie de la fortune familiale est partie en fumée. Deux ans après son élection comme député travailliste, Tommy va devoir gérer les dissensions grandissantes au sein de la famille, tout en trouvant de nouvelles sources de revenus pour éponger les pertes. Et comme toujours avec Peaky Blinders, les ennemis ne sont jamais bien loin. Cette fois-ci c’est du côté des Billy Boys que cela se passe. Un clan de mafieux désireux d’empiéter sur le business familial des Shelby. Et la série n’oublie pas de rester fidèle à l’Histoire, où la décennie qui s’ouvre voit l’émergence du parti fasciste anglais, et des heures sombres à venir se profiler sur l’Europe.

Si Peaky Blinders a toujours développé plusieurs arcs narratifs à la fois, cette cinquième saison a du mal à trouver un véritable fil conducteur à l’intrigue. C’est peut-être la seule critique que l’on pourrait formuler, s’il fallait en trouver une. Tommy se retrouve en lutte avec ses démons intérieurs, avec les Billy Boys, avec certains membres de la famille (notamment Michael), et les enjeux politiques grandissants. Arthur, quant à lui, reste fidèle parmi les fidèles, malgré les doutes qui l’assaillent de plus en plus. Ajoutons à cela une pointe d’IRA, de collaboration avec le contre-espionnage et un mafieux chinois désireux de déverser sa cargaison d’opium sur l’Europe, et vous aurez compris que les six épisodes de cette nouvelle saison ne souffrent d’aucun temps mort.

Si au final, cette cinquième saison semble se situer un (léger) cran en-dessous des précédentes, on le répète, l’ensemble reste fascinant et captivant du début à la fin. Cillian Murphy (Tommy) et Paul Anderson (Arthur), pour ne parler que d’eux, délivrent une fois de plus une interprétation époustouflante de leur personnage. Et la série créée par Steven Knight de nous réserver une belle surprise avec le retour inattendu de deux personnages. (Attention, léger spoiler à suivre…. L’excellente Annabelle Wallis (Grace), disparue bien trop tôt de la série, revient hanter l’esprit de Tommy, et Tom Hardy (Alfie Solomons) est également de retour).

Peaky Blinders confirme une fois de plus qu’elle fait partie des meilleures séries de la décennie, et la bonne nouvelle, c’est que deux saisons supplémentaires doivent encore suivre. Il nous tarde de continuer à découvrir les aventures de la famille Shelby !

Peaky Blinders, saison 5, disponible le 4 octobre sur Netflix, et diffusée les 24 et 31 octobre sur Arte.

 

Credit photos (c) BBC One.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 ⁄ 2 =