Plan coeur, la série savoureusement branchée cul signée Netflix

C’est peu dire que Netflix était attendu au tournant avec Plan coeur, sa deuxième réalisation française. Après des débuts calamiteux avec Marseille (même si la saison 2 redressait un peu la barre), Plan coeur change de registre, et nous entraîne dans une comédie (romantique) très parisienne. Et le résultat est à la hauteur de l’attente.

plan coeur
Plan coeur, porté par un trio féminin génial.

Le scénario de Plan coeur pourrait tenir en une phrase. Elsa (Zita Henrot) n’arrive pas à tourner la page d’une rupture amoureuse, et son amie Charlotte (Sabrina Ouazani) décide alors d’embaucher un escort pour lui faire franchir ce cap. Deux rendez-vous programmés censés lui remettre les idées en place. Mais comme il s’agit d’une comédie, le plan ne va pas tout à fait se dérouler comme prévu. De ce scénario plutôt classique et simple, Netflix parvient à délivrer une comédie branchée, dynamique, et pleine de fraîcheur, grâce à un trio féminin décapant. Elsa est la plus sage des trois. Un brin idéaliste et en manque de confiance, elle ne rêve que d’une belle et grande histoire d’amour. Charlotte est tout à l’opposé. Du style à vivre au jour le jour, elle se voit un avenir en grand, mais pour l’instant, elle n’a ni job, ni argent, et squatte chez son frère. Enfin, Emilie (Joséphine Draï), la compagne du frère en question, est enceinte jusqu’au fond des yeux, et on va dire que les hormones influent sur son tempérament. Volontaire, déterminée, exigeante, elle découvre effarée le plan foireux concocté par Charlotte. Et comme le dit plan n’aura pas le résultat escompté, Plan coeur enchaîne les situations et les scènes rocambolesques. Entre autres scènes, celle où Emilie et Charlotte espionnent depuis une voiture la rencontre entre Elsa et l’escort Jules (Marc Ruchmann) avec un Babyphone, vaut clairement le détour. Et autant vous prévenir tout de suite, les coincés du bulbe et autres allergiques aux dialogues crus, feraient bien de passer leur chemin. Le ton est donné dès le premier épisode, où « bite », « baise », « suce » et autres termes du genre fusent au détour de chaque phrase ou presque. Des dialogues aux petits oignons, certes crus, qui renforcent l’authenticité de la série, mais sans jamais tomber dans la vulgarité. Et nous n’oublierons bien sûr pas les hommes, Tom Dingler (Matthieu), Syrus Shahidi (Antoine), Yvan Naubron (Roman) et Guillaume Labbé (Max), qui tous jouent leur partition à merveille.

Au final, Plan coeur est une belle réussite. Une comédie basée sur une bande d’amis trentenaires qui gèrent comme ils peuvent leurs relations amoureuses. Un trio féminin génial, des dialogues savoureux, et les 8 épisodes de 30 minutes s’avalent d’un trait avec plaisir. Et si Netflix avait la bonne idée de donner suite à cette série créée par Noémie Saglio et Julien Teisseire, nous en serions les premiers ravis.

La première saison de Plan coeur est disponible sur Netflix depuis le 7 décembre.

 

Credit photos (c) Netflix.

2 pensées sur “Plan coeur, la série savoureusement branchée cul signée Netflix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 − 2 =