Pure : une comédie sur les troubles obsessionnels compulsifs à caractère sexuel

Arte propose à la diffusion la série anglaise « Pure« , sur les troubles obsessionnels compulsifs à caractère sexuel. Une petite pépite de comédie portée par un casting remarquable.

Synopsis : Jeune femme d’apparence ordinaire, Marnie souffre d’un trouble obsessionnel-compulsif appelé « Pure O » qui lui gâche la vie : dans n’importe quelles circonstances – chez le médecin, dans le métro, au bureau –, son cerveau est assailli de pensées sexuelles incontrôlables.

Un synopsis qui résume le mal-être dont souffre depuis 10 ans la jeune Marnie. A 24 ans, elle est enjouée et pleine de vie, mais le mal qui la ronge lui pourrit la vie. Et tout dérape lorsqu’elle organise une fête pour le vingt-cinquième anniversaire de mariage de ses parents. Au moment du discours, son cerveau lui envoie ces fameuses pensées sexuelles qu’elle ne peut réprimer : elle « assiste » à une véritable orgie où parents, grand-mère, convives et elle-même participent. Décidée à découvrir ce qui ne va pas chez elle, elle quitte sa petite bourgade écossaise pour Londres.

Créée par Kirstie Swain d’après l’ouvrage de Rose Cartwright, « Pure » a l’intelligence d’aborder la question du trouble mental par le biais de la comédie. Et c’est une réussite totale. Les pensées intrusives qui assaillent Marnie sont montrées sous formes de petits montages subliminaux, et les dialogues sont (soyez prévenus !) des plus crus. Le personnage de Marnie est d’emblée attachant, et la jeune Charly Clive qui l’incarne est une véritable révélation. A ses côtés, les personnages secondaires complètent à merveille le casting. On y retrouve Joe Cole (« Peaky Blinders« ), touchant en accro au porno qui se soigne, Niamh Algar en lesbienne volage, et Anthony Welsh (« The Great« ) en ami calme et posé.

Composée de 6 épisodes d’une trentaine de minutes chacun, « Pure » se laisse dévorer d’un trait. Les souffrances de Marnie et sa quête d’identité, mêlées au quotidien de cette jeunesse londonienne, sont un pur régal à suivre. Par certains côtés, « Pure » rappelle une autre pépite anglaise, la génialissime « Fleabag« . On ne peut que regretter que la série n’ait pas obtenu de deuxième saison. Malgré des critiques plutôt élogieuses, Channel 4 n’a pas renouvelé la série.

« Pure« , saison 1, disponible sur arte.tv

Credit photos (c) Channel 4.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 + 15 =