Innocent : un thriller à l’intrigue un peu trop tentaculaire

Après « Intimidation » et « Dans les bois« , « Innocent » est la troisième adaptation d’un roman d’Harlan Coben pour Netflix. Une mini-série en 8 épisodes, où l’intrigue tentaculaire risque d’en dérouter plus d’un.

Tout commence plutôt bien, et de façon assez classique. Le premier épisode nous présente Mat (Mario Casas), un jeune homme qui vient de passer quatre années en prison, pour en avoir tué un autre accidentellement au cours d’une bagarre devant une boite de nuit. Désormais libre, il reconstruit sa vie avec Olivia (Aura Garrido), une jeune femme croisée précédemment lors d’une permission de sortie. Mais lorsque celle-ci disparait lors d’un supposé voyage d’affaires à Berlin, Mat reçoit alors des messages inquiétants…

A ce stade, le spectateur voit se mettre en place un thriller à suspense prometteur, quand arrive l’épisode suivant. Celui-ci s’intéresse à Lorena (Alexandra Jiménez), une inspectrice de police au passé sombre, qui enquête sur la défenestration d’une nonne, dont on apprend peu à peu son passé de strip-teaseuse…Certains en viendront sans doute à se demander s’ils n’ont pas bifurqué par erreur sur une autre série, tant l’intrigue laisse de côté tout ce qui a été présenté dans l’épisode précédent. Il faut attendre la toute dernière image pour comprendre que les destins de Mat et de Lorena vont se croiser.

Et de là, chaque épisode va se focaliser sur un personnage différent. Entre flashbacks, sous-intrigues, et mystères déroutants, autant s’accrocher pour essayer de recoller toutes les pièces éparpillées de ce puzzle. C’est probablement le principal reproche que l’on peut faire à cette adaptation. Si l’ensemble peut apparaitre assez cohérent et prenant, couché sur les pages d’un roman, le rendu à l’écran est plus difficile à faire passer. Quelques longueurs, un peu trop de hasard qui fait, selon les coups, un peu trop bien ou mal les choses, et la mini-série finit pas décontenancer le spectateur. Et il faut bien entendu attendre les toutes dernières minutes pour voir le scénario livrer les clés de ce thriller déroutant.

En résumé « Innocent » peut s’appuyer sur un casting solide, et tout le savoir-faire en la matière d’Harlan Coben. Il est en revanche plutôt réservé aux amateurs d’histoires tentaculaires aux pistes brouillées, au risque de perdre quelques spectateurs en route.

« Innocent« , mini-série en 8 épisodes, disponible sur Netflix.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
32 ⁄ 16 =