Journal d’un gigolo : mini-série où sexe, mensonges et meurtres s’entremêlent

Netflix a ajouté à son catalogue la mini-série « Journal d’un gigolo« , un thriller en 10 épisodes où sexe, mensonges et meurtre s’entremêlent.

Synopsis : La vie d’un escort boy bascule lorsqu’il s’immisce dans les affaires familiales d’une cliente et enfreint une règle pourtant capitale : ne jamais tomber amoureux.

Tout commence avec l’arrestation d’Emanuel, un escort-boy de luxe, après la découverte d’un cadavre de femme à son domicile. L’identité de la victime ne sera connue du spectateur que plus tard dans la saison. Ce thriller, bâti de façon très classique, démêle alors l’intrigue par petites touches, et avec son lot de rebondissements. Emanuel, qui entretient une relation étroite avec Ana, une cliente assidue, accepte une mission de sa part : séduire sa fille Julia, jeune femme introvertie, vierge, et en manque de confiance en soi. Mais lorsque Emanuel tombe amoureux de la jeune femme, la jalousie d’Ana met en péril le quotidien du gigolo.

Porté par le très charismatique Jesús Castro (Emanuel), il y a peu à reprocher à ce thriller américano-argentin. Malgré quelques longueurs (8 épisodes au lieu de 10 auraient suffi), l’ensemble parvient à maintenir le suspense au fil des interrogatoires de tous les protagonistes. Et contexte de la série oblige, les scènes de sexe sulfureuses ponctuent régulièrement le scénario.

Sans être le thriller de l’année, « Journal d’un gigolo » devrait convaincre sans difficulté les amateurs de thrillers à suspense, du style de « Qui a tué Sara ?« . Présentée comme une mini-série, ces 10 épisodes ne devraient pas connaître de suite.

« Journal d’un gigolo« , créée par Sebastián Ortega, avec Victoria White (Julia), Fabiola Campomanes (Ana) et Begona Narvaze (Florencia). Saison 1, disponible sur Netflix.

Credit photos (c) Telemundo / Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 + 6 =