Le Serpent : mini-série captivante avec Tahar Rahim et Jenna Coleman

C’est l’une des mini-séries phare de ce printemps sur Netflix. Le Serpent, disponible depuis le 2 avril sur la plateforme de streaming, nous entraîne sur les traces de l’un des tueurs en série français les plus énigmatiques. Et le résultat est tout simplement captivant.

Création britannique de la BBC, Le Serpent retrace l’histoire du français Charles Sobhraj, qui accompagné de sa compagne canadienne Marie-Andrée Leclerc, va laisser derrière lui une série de crimes horribles. Nous sommes au milieu des années 70, et le duo parcourt le continent asiatique. Les « proies » de celui que l’on surnommera « Le Serpent » sont de jeunes hippies de toutes nationalités. Drogués, dépouillés de leur argent et de leurs passeports, les victimes vont se multiplier sur les routes du Népal, de Thaïlande ou encore du Vietnam. Mais ces nombreuses disparitions vont mettre les ambassades en alerte, et notamment celle des Pays-Bas, où un jeune attaché, Herman Knippenberg, va se jeter corps et âme sur les traces du couple meurtrier. Une traque qui va durer des années, et qui comporte encore bien des mystères.

L’ensemble peut sembler au début un peu déroutant. On passe de dates et de lieux différents de façon effrénée, sous forme de flashback ou flashforward successifs. Mais une fois apprivoisé le concept retenu, le spectateur est happé par les personnages, et notamment celui de Charles Sobhraj, présenté sous le pseudonyme d’Alain. L’homme est froid, dur, manipulateur, et tout simplement terrifiant. Campé avec brio par un Tahar Rahim méconnaissable, l’acteur d’Un Prophète se glisse de façon magistrale dans la peau de ce « Serpent » tueur. A ses côtés, la splendide Jenna Coleman (The Cry) incarne elle aussi à la perfection, et en français pour une large part du récit, sa compagne canadienne. Son personnage, sous le pseudonyme de Monique, reste ambigu tout au long du récit, et difficile de dire avec certitude si cette jeune femme était complice ou victime de Sobhraj. En tout cas jusqu’à quel point ?

Amateurs de thrillers haletants, Le Serpent ne vous décevra pas. L’histoire est aussi séduisante que sombre et toxique. La reconstitution des années 70 est de toute beauté, et l’épilogue de cette mini-série montre à quel point ce « Serpent » a su se faufiler entre les mailles du filet, de façon déconcertante. A voir absolument.

Le Serpent, mini-série de 8 épisodes, avec Tahar Rahim, Jenna Coleman, Amesh Edireweera, Billy Howle, Ellie Bamber et Mathilde Warnier (entre autres).

Credit photos (c) BBC / Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 10 =