The Cry : le thriller captivant avec Jenna Coleman bientôt sur M6

Avec la diffusion hier soir du quatrième et dernier épisode de The Cry sur BBC1, la chaîne anglaise tenait là son deuxième hit de la rentrée. Après l’excellent Bodyguard, qui arrive sur Netflix le 24 octobre après avoir battu tous les records d’audience, The Cry a tout simplement signé la deuxième meilleure performance de la chaîne. Et comme pour la série portée par Richard Madden, le téléspectateur anglais ne s’y est pas trompé. The Cry, thriller psychologique passionnant, est une pure merveille d’écriture, de réalisation et d’interprétation.

the cry
Jenna Coleman est époustouflante dans The Cry.

Il est évidemment difficile de rentrer dans le détail sous peine de révéler l’intrigue. On se contentera donc du pitch initial. Joanna et Alistair se rendent en Australie avec leur nouveau né Noah. Alistair a décidé de saisir les tribunaux pour regagner la garde de sa fille adolescente, repartie vivre avec sa mère au pays des kangourous. Arrivés sur place, le couple fait un stop rapide dans un supermarché, laissant le bébé dormir à l’arrière de la voiture. Quelques minutes plus tard, de retour au véhicule, Noah a disparu… Commence alors l’enquête, mais surtout la longue descente aux enfers du couple, vivant là ce qu’il peut arriver de pire à des parents.

Une narration non linéaire

Avec The Cry, mieux vaut apprécier les récits à la narration non linéaire. Dès le premier épisode, tout n’est que va et vient entre passé, présent et futur. On découvre ainsi par petites touches successives l’ensemble de l’histoire : la rencontre entre Joanna et Alistair, ce dernier cachant qu’il est marié. La séparation avec sa femme, qui emmène leur fille en Australie. Mais surtout, des scènes de procès, où le public a l’extérieur du tribunal demande justice pour Noah. Sans même avoir vu et su ce qu’il s’était passé, le spectateur devine qu’un drame s’est noué. Et cette narration non linéaire va perdurer tout au long des quatre épisodes qui composent la série. Un énorme twist intervient à la fin de l’épisode 2, révélant ce qu’il est réellement advenu du petit Noah. Puis un autre twist, tout aussi bien amené que le précédent, prend place à la fin de l’épisode 3. Le dernier épisode servant à apporter toutes les réponses. Car The Cry ne vous laissera pas dans le doute, toutes les questions auront trouvé leur solution.

Jenna Coleman au top

En plus d’une écriture aux petits oignons, et d’une réalisation magnifiquement dosée entre passé, présent et futur, le grande force de The Cry tient aussi dans la performance du couple Joanna/Alistair. Comme toujours en pareil cas, les parents se retrouvent à un moment donné sur la liste des suspects. Et si Ewen Leslie est impeccable dans le rôle d’Alistair, la vraie performance est à chercher du côté de Joanna. Jenna Coleman est impressionnante de justesse du début à la fin. Que ce soit en mère épuisée ne supportant plus les pleurs du bébé, en mère détruite après la disparition de son enfant, ou en femme tentant de se reconstruire après le drame, l’actrice britannique signe une performance exceptionnelle. Son personnage de Joanna est ambigu du début à la fin (là encore, difficile d’en dire plus sous peine de révéler un quelconque indice), et Coleman l’interprète à merveille.

Voilà ce que l’on peut dire de The Cry. En substance, pas grand chose, tant ce thriller psychologique sait entretenir le suspense du début à la fin. Quatre épisodes de 60 minutes passionnants qui font de The Cry une véritable pépite télévisuelle à ne pas louper. Pour la France, c’est la chaîne M6 qui vient d’annoncer avoir acquis les droits de diffusion, alors gardez un oeil sur le programme TV, car la série est tout simplement magistrale.

 

Credit photos (c) BBC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 + 5 =