Deadpool 2 : quand le trop devient Too Much…

Si le premier volet des aventures de Wade Wilson sorti en 2016 avait parfaitement réussi son pari grâce à l’humour pour le moins décalé de son héro, Deadpool 2 en revanche déçoit, pour ne pas dire lasse. En choisissant de conserver la même formule qui a fait le succès du premier film, le réalisateur David Leitch s’expose forcément au risque de répétition. Et cette dernière amène inexorablement un sentiment de lassitude chez certains spectateurs.
Passé l’effet de surprise et de nouveauté que le premier film avait suscité, cette suite des aventures du super héro n’est qu’une pâle copie de son prédécesseur. Dès le début (attention spoiler !), la mort de Vanessa (Morena Baccarin) laisse un goût amer. Ce personnage au combien charismatique méritait mieux qu’un petit quart d’heure de présence à l’écran. Sa disparition sert de base au scénario de Deadpool 2, Wade ne désirant désormais plus qu’une seule chose : la rejoindre. Sauf qu’évidemment, mourir quand on est immortel, n’est pas chose aisée… Le film peut alors dérouler de façon classique, entre batailles à grand renfort d’effets spéciaux, et d’humour déjanté qui fait mouche.

Deadpool 2
Deadpool 2

Bien sûr, tout n’est pas négatif. Ryan Reynolds semble plus à l’aise que jamais dans son costume de super héro déjanté. Dopinder (le chauffeur de taxi) reste quant à lui hilarant dans chacune de ses apparition à l’écran. Mais le véritable atout de Deadpool 2 est peut-être à chercher du côté de Josh Brolin, impeccable de bout en bout dans le rôle de Cable. Et comme mentionné plus haut, l’atout charme de Morena Baccarin opère toujours autant, même avec un temps de présence limité.
Côté humour, ce qui fait la force du film peut vite se transformer en faiblesse. A force de vouloir trop en faire, on finit par lasser. Certaines répliques sont évidemment savoureuses et délirantes, quand d’autres tombent un peu à plat.
Au final, Deadpool 2 reprend les mêmes recettes qui ont fait le succès du premier volet, repousse les limites encore un peu plus loin, mais la fraîcheur et l’effet de surprise ne sont plus au rendez-vous. Si les inconditionnels du premier film se retrouveront facilement dans cette suite délirante, les autres pourraient bien penser que le trop est (déjà) devenu too much. Si le succès au box-office de Deadpool 2 est quasi assuré, il n’est pas certain en revanche que l’on veuille voir l’aventure se prolonger plus longtemps.

Credit photos (c) 20th Century Fox.

Une pensée sur “Deadpool 2 : quand le trop devient Too Much…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 + 12 =