El Camino : la suite (un peu) poussive et décevante de Breaking Bad

Dire que El Camino était attendu, est un doux euphémisme. La suite de Breaking Bad, série qualifiée (à juste titre) de chef d’oeuvre et multi-récompensée (15 Emmy Awards !), restera pour longtemps dans les annales de la télévision. Alors l’idée de découvrir ce qu’il est advenu de Jesse Pinkman après le final de 2013 avait de quoi nous allécher. C’est malheureusement la déception qui domine après les deux heures que dure le film écrit et réalisé par Vince Gilligan.

el camino
El Camino, dispo sur Netflix le 11 octobre.

El Camino reprend exactement là où Breaking Bad s’était achevé. Avec la mort de Walter White (Bryan Cranston) venu délivrer son partenaire Jesse Pinkman, des mains d’un gang de néo-nazis. Un Pinkman que l’on découvre déboussolé et en fuite, traumatisé par les conditions de sa séquestration. Le film va ainsi alterner sans cesse entre présent (la fuite de Pinkman tentant d’échapper à la police) et les souvenirs d’un passé douloureux à oublier. Du côté positif, on retiendra bien évidemment le plaisir de retrouver Aaron Paul dans la peau de Jesse Pinkman. L’acteur est toujours aussi bon et son personnage toujours attachant. D’autres personnages ressurgissent du passé télévisuel, comme Mike (Jonathan Banks), Jane (Krysten Ritter) ou encore Skinny Pete (Charles Baker). Sans oublier l’excellent Jesse Plemons à qui Gilligan a réservé une place de choix dans cette suite.

Alors pourquoi déception au final ? Si la réalisation de Gilligan, ses plans et son montage ont largement contribué au succès de Breaking Bad (et de son excellent spin-off Better Call Saul), ici tout apparaît plus conventionnel, tout en restant d’excellente facture. Pas de surenchère ni de fulgurance crevant l’écran dans El Camino. Non, la faute est plutôt à chercher du côté du scénario, qui malgré les va et vient entre présent et passé, peine à captiver. La durée de deux heures n’aide franchement pas, et finalement on se retrouve à penser que El Camino est un brin ennuyeux.

Alors les fans de Breaking Bad trouveront forcément du plaisir en visionnant cette suite, mais pour être clair, on s’attendait à mieux. Malgré un final réussi et de toute beauté, celui-ci ne compense pas les deux heures un peu poussives qui l’ont précédé. Ou bien tout simplement, Breaking Bad était-elle trop sublime qu’il était de toute façon difficile de faire mieux, et de ne pas être (un peu) déçus.

El Camino: A Breaking Bad Movie, disponible sur Netflix depuis le 11 octobre.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
7 × 24 =