Et le ciel s’assombrit : drame poignant de la seconde guerre mondiale

Le film danois « Et le ciel s’assombrit« , disponible ce mercredi sur Netflix, revient sur un drame de la seconde guerre mondiale, lorsque la RAF bombarda par erreur l’école française de Copenhague.

Tiré d’une histoire vraie, le film réalisé par Ole Bornedal, nous plonge au coeur des horreurs de la guerre. Début 1945, la résistance danoise demande à la Royal Air Force de bombarder le siège de la Gestapo à Copenhague. Malheureusement, sur les trois groupes aériens, deux vont se tromper de cible et bombarder l’école française tenue par les soeurs catholiques. Plus de 120 personnes périrent, dont 86 enfants.

Ces quelques lignes suffisent à résumer ce drame de la seconde guerre mondiale. L’accent est principalement mis sur la forme, plutôt que sur le fond. Les deux premiers tiers du film s’attachent à présenter les différents protagonistes de ces destins croisés. Les enfants, notamment Henry, rendu muet depuis un précédent bombardement, et sa cousine Rigmor chez qui il a trouvé refuge. L’enfant espiègle et pleine de vie va redonner le sourire à son cousin, jusqu’à ce que le drame survienne. Côté adultes, nous suivons le destin de la soeur Teresa à la recherche de Dieu, des pilotes de la RAF, des parents de Rigmor, et le jeune Frederik, engagé dans la « Gestapo danoise ». Ole Bornedal s’attache à filmer les visages en gros plan, et les scènes sans dialogue ou presque sont légion. Et le résultat est de toute beauté, notamment dans le dernier tiers du film. Les séquences aériennes qui mènent l’escadrille à Copenhague sont à couper le souffle, tout comme la reconstitution au sol du drame. Soulignons enfin la très belle photographie, rendant le film visuellement superbe.

Côté casting, on retrouve des visages connus, notamment celui de Danica Ćurčić, vue dans l’excellent « Octobre » sur Netflix. A ses côtés, la fille du réalisateur, Fanny Bornedal (Teresa), Alex Høgh Andersen de la série « Vikings » ou encore Susse Wold, vu récemment dans « Drunk » avec Mads Mikkelsen. Et n’omettons pas de signaler l’excellente prestations des enfants, Bertram Bisgaard Enevoldsen (Henry) et Ester Birch (Rigmor).

Avec le drame ukrainien qui se joue en boucle sur nos télévisions, certains seront peut-être tentés de laisser de côté ce genre de film et d’images. Pour les autres, on ne peut que le conseiller, ne serait-ce que pour son côté historique de la guerre.

« Et le ciel s’assombrit« , disponible sur Netflix.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
9 × 7 =