IO : résultat mitigé pour le nouveau film Sci-Fi de Netflix

En plus du très insipide thriller Close, IO est le deuxième film mis en ligne par Netflix ce vendredi. Et si l’Apocalypse vous manquait, rassurez-vous, la revoilà ! Après How it ends, Bird Box, ou encore Cargo, IO vient grossir la liste des films post-apocalyptiques disponibles sur la plateforme de streaming. Et le résultat, bien que mitigé,  est plutôt pas mal.

io
Margaret Qualley est Sam dans IO sur Netflix

Passé le prologue un brin désespéré et culpabilisant sur les méfaits de l’homme envers la planète, IO nous entraîne en altitude, dans l’un des seuls coins de la Terre où l’air est encore respirable. On y retrouve Sam (Margaret Qualley), la fille d’un scientifique qui s’attache avec détermination à faire pousser des plantes et élever des abeilles. Un changement brusque dans la composition de l’atmosphère a rendu la planète inhabitable, et tous les survivants ont trouvé refuge en orbite de IO, un satellite de Jupiter. Le travail acharné de Sam va être interrompu par l’arrivée de Micah (Anthony Mackie), un autre survivant solitaire, en route pour rejoindre la dernière navette à décoller en direction de IO. En attendant des vents favorables pour son ballon à hélium, le duo va cohabiter sous les éléments hostiles, le tout en mode très contemplatif.

Car au final, on ne sait pas vraiment sur quel pied IO veut danser. Le film n’est clairement pas un thriller post-apocalyptique, pas plus qu’une belle odyssée dans l’espace. Si l’on comprend aisément les motivations de Micah à vouloir quitter la Terre, celles de Sam sont beaucoup plus obscures. Tenter de sauver ce qui peut encore l’être sur une planète devenue hostile et inhabitable, dans quel but ? A grand renfort de musique classique et plans visuels superbes sur l’environnement, le duo va disserter sur la mythologie grecque (IO était, au passage, l’une des maîtresses de Zeus dans celle-ci) tout en se rapprochant. Là encore, IO reste flou sur la connexion qui s’instaure entre les deux personnages.

Malgré cette absence de direction claire, IO est loin d’être un mauvais film grâce au duo Qualley/Mackie, parfaitement bien assorti. L’actrice de The Leftovers donne de la profondeur au personnage de Sam, entre détermination et résignation. Et l’acteur de Altered Carbon contrebalance à merveille, entre sagesse et gravité. Et si l’ambiguïté perdure tout au long du film, la fin rappellera à certains celle de How it ends. A chacun son interprétation et sa théorie. Alors oui, IO n’est peut-être pas le film auquel on s’attendait, mais le message environnemental est clair. Sam nous le rappelle dès le début du film. La Terre essaie désespérément de survivre en se débarrassant de nous. Et c’est probablement ce qu’il arrivera si rien ne change. A moins qu’il ne soit déjà trop tard.

IO est disponible sur Netflix depuis le 18 janvier.

A LIRE AUSSI : Qu’advient-il de Sam à la fin de IO ?

 

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 ⁄ 8 =