La Folie des hauteurs (Betonrausch): sans folie, et au ras du sol.

La Folie des hauteurs (Betonrausch pour le titre original) est l’une des nouveautés de la semaine sur Netflix. Inspiré de faits réels, le film retrace l’ascension et la chute de deux escrocs immobiliers berlinois, qui à trop en vouloir, finissent par tout perdre…ou presque.

Viktor (David Kross) et Gerry (Frederick Lau) se rencontrent presque par hasard un soir dans la capitale allemande. Le premier cherche à réussir et devenir riche, et le second est le roi des magouilles. Avec l’aide de la banquière Nicole (Janina Uhse), les deux vont alors monter une arnaque immobilière classique, consistant à acheter puis revendre des appartements avec l’argent des autres. Très vite, l’arnaque devient très lucrative, mais à toujours vouloir viser plus haut, les deux associés vont perdre tout sens des réalités.

Janina Uhse, le 2 février 2019 à Berlin.

La bande-annonce de La Folie des hauteurs laissait présager un petit côté Loup de Wall Street (le budget en moins !) en version allemande, et à bien des égards, c’est bien de cela dont il s’agit. Le film s’ouvre sur un raid de la police au domicile de Viktor, ne laissant aucun doute sur la destinée de l’arnaque. C’est donc en flashback, et au travers d’une interview que Viktor accorde à une journaliste depuis sa prison, que l’histoire complète va nous être dévoilée. Si celle-ci est plutôt classique, c’est dans sa réalisation que La Folie des hauteurs se perd. D’un rythme plutôt lent et même assez confus au départ, le film peine à réellement démarrer. Et une fois lancé, l’ensemble manque cruellement de rythme et d’ambition. Le scénariste et réalisateur Cüneyt Kaya tente bien de ramener ses personnages à la réalité en leur faisant prendre conscience de ce qui importe vraiment dans leurs vies, mais c’est finalement le dernier quart d’heure du film qui s’avère être le plus intéressant. Sur une durée totale de 1h30, cela fait peu.

La folie des hauteurs est donc une vraie déception. Malgré un trio alléchant composé de David Kross (The Keeper), Frederick Lau (Victoria) et Janina Uhse (Der Vorname, High Society), cette Folie des hauteurs manque cruellement de folie. Dommage.

Betonrausch/La folie des hauteurs, disponible sur Netflix le 17 avril.

Credit photos (c) Netflix.
Photo de Janina Uhse (c) Gianfranco Zanin / Cinereflex.com

3 pensées sur “La Folie des hauteurs (Betonrausch): sans folie, et au ras du sol.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
32 ⁄ 16 =