Mamma Mia 2 : 10 ans plus tard, c’est toujours aussi bon !

Dix ans après le premier volet, le temps est venu de rechausser vos bottes à paillettes ! Mamma Mia! Here We Go Again débarque dans les salles françaises ce mercredi, avec la lourde tâche de faire aussi bien que le film de 2008. Ce dernier avait su conquérir le box-office de façon presque inattendue, et est depuis devenu culte pour bon nombre de fans cinéphiles à travers le monde. Autant dire que la tâche assignée à Ol Parker à la réalisation n’était pas gagnée d’avance. Les suites sont parfois une mauvaise idée, supprimer le personnage principal du scénario peut s’avérer périlleux, et faire une séquelle qui est aussi un préquel nécessite talent et subtilité à l’écriture. Et l’on ne va pas vous le cacher plus longtemps, Mamma Mia! Here We Go Again est le digne successeur de son aîné !

Mamma Mia
Lily James est la jeune Donna dans Mamma Mia! Here We Go Again

Cinq ans après les événements du premier film, on retrouve Sophie (Amanda Seyfried) et Sam (Pierce Brosnan) sur leur île grecque à la veille de la réouverture de l’hôtel après rénovation. Une grande fête se prépare et les invités s’apprêtent à débarquer. Dans le même temps, on remonte dans le temps en découvrant quelques pages supplémentaires du journal de Donna (Meryl Streep), à la fin de ses études où elle décide de voyager, et finit par découvrir et s’installer sur cette fameuse île. La jeune Donna (Lily James) croise alors les trois pères de Sophie comme raconté dans le film précédent. Et c’est là que la subtilité mentionnée plus haut intervient. Faire que les événements du passé résonnent avec ceux du présent sans tomber systématiquement dans la nostalgie ou le pathos. De ce point de vue là, Mamma Mia 2 s’en sort haut la main. Des allers-retours entre passé et présent parfaitement gérés, où il convient de préciser que le passé occupe la plus grande part du film.

LILY JAMES : MA QUE BELLA DONNA !

Et ce pour notre plus grand bonheur, car Lily James en jeune Donna, irradie l’écran dans chacune de ses scènes. On connaissait les talents d’actrice de la jeune britannique, on découvre qu’elle sait aussi chanter et danser à merveille. Sa fraîcheur, son charme et son naturel font d’elle l’incarnation parfaite de la Meryl Streep jeune que l’on peut imaginer en se remémorant la Donna du premier film. Elle est d’ailleurs parfaitement accompagnée par les personnages des jeunes Sam (Jeremy Irvine), Bill (Josh Dylan) et Harry (Hugh Skinner), et de ses deux copines danseuses, Tanya (Jessica Keenan Wynn) et Rosie (Alexa Davies). De retour dans le présent, Christine Baranski et Julie Walters continuent sur la lancée du premier film, en étant impayables dans chacune de leurs scènes. Côté masculin, inutile de préciser que Pierce Brosnan, Colin Firth et Stellan Skarsgard réenfilent leurs costumes de pères de façon impécable, malgré une présence plutôt discrète à l’écran. Quant à la présence de la chanteuse Cher dans le rôle de la grand-mère de Sophie, on dira que c’est un bonus, ou simplement un prétexte à la voir interpréter Fernando pour les beaux yeux d’Andy Garcia.

MOINS ENJOUE ET PLUS SOMBRE

La vraie différence entre les deux films se trouve dans le ton adopté par le second. Si les chorégraphies s’enchaînent toujours autant sur les titres du groupe Abba, force est de constater que les titres utilisés sont un peu moins connus que ceux du premier film. De même, la légèreté et le côté festif, ou esprit vacances, qui se dégageaient du film de 2008 laisse ici la place à un ton beaucoup moins enjoué et certainement plus sombre. La raison (que l’on gardera ici pour nous) en est dès le début évidente, mais plane tout au long du film sur la partie se déroulant dans le présent. La charge émotionnelle est ici beaucoup plus lourde, et il est fort à parier que certains verseront même une petite larme sur un duo final de toute beauté (qu’ici encore nous ne révèlerons pas).

HERE WE GO AGAIN !

En résumé, Mamma Mia! Here We Go Again est le digne successeur du film de 2008. Ceux qui ont adoré le premier volet vont se retrouver sans problème dans cette suite. Pour les autres, il est temps de passer votre chemin dès maintenant. Et si vous croisez quelqu’un entrain de se déhancher légèrement en fredonnant un titre de Abba, dîtes vous qu’il s’agit probablement d’un spectateur sortant de voir le film. Car comme son prédécesseur, Mamma Mia! Here We Go Again a cette énergie communicative propre à tous les bons « feel-good movies », qui font de lui le film idéal à voir cet été !

 

Credit photos (c) Universal Studios.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 × 12 =