Sur l’autel de la famille : thriller espagnol qui manque de profondeur

Netflix vient d’ajouter « Sur l’autel de la famille« , un thriller familial espagnol en 8 épisodes, avec un casting que les abonnés de la plateforme de streaming reconnaitront au premier coup d’oeil.

Synopsis : Une famille qui cache un terrible secret s’installe dans un quartier de Madrid pour repartir à zéro. Là, de nouvelles relations compliquent leurs plans et le passé menace de ressurgir. C’est alors qu’ils découvrent ce dont une mère est capable.

Difficile d’en dire beaucoup plus que ce court synopsis sous peine de (trop) dévoiler l’intrigue. Les deux premiers épisodes suffisent néanmoins à comprendre de quoi il retourne. Cette famille, c’est une maman, Gloria, ses deux ados jumeaux de 19 ans, et un nouveau né. Le fils vit enfermé au sous-sol et n’a le droit de sortir que la nuit, tandis que la fille suit les cours à l’université. Tous vivent sous une fausse identité en attente d’un départ vers le Canada. Mais les relations des uns et des autres vont mettre en péril le fragile équilibre de leur vie en cavale…

Soyons clairs, cette nouvelle production espagnole ne rentrera pas dans le top 10 des séries de l’année. Un scénario assez basique, pour ne pas dire simpliste, et une suite d’invraisemblances qui nuisent à la crédibilité de l’ensemble. Créée par le très prolifique Manolo Caro (« La casa de las flores« , « Quelqu’un doit mourir« , « Jusqu’à ce que le sort les sépare« ), la série s’appuie sur un casting bien connu des abonnés Netflix. Najwa Nimri et Alba Flores (respectivement Alicia Sierra et Naïrobi de « La Casa de Papel« ), Carla Campra (« Feria, l’éclat des ténèbres« ), Alvaro Rico (« Elite« ), Pol Hermoso (« Alba« ), ou encore Macarena Gómez et Álex García.

Si tous délivrent une partition sans fausse note, cela ne suffit malheureusement pas à rendre la série plus addictive que cela. Sans être particulièrement mauvaise, un peu plus de profondeur dans le scénario n’aurait pas fait de mal. Un déficit potentiellement comblé lors d’une éventuelle saison 2, puisque le final de cette saison ne résout rien.

« Sur l’autel de la famille« , saison 1 disponible sur Netflix.

Credit photos (c) Netflix.

2 pensées sur “Sur l’autel de la famille : thriller espagnol qui manque de profondeur

  • 21 octobre 2022 à 15 h 45 min
    Permalink

    Je vais laisser un commentaire aussi con que le vôtre. Moi j’ai adoré cette série (espagnole) et le manque de profondeur, et bien, je pense que vous n’êtes pas prêt non plus de savoir le mesurer ! Vous travailler peut-être pour les Inrocks, non? J’ai particulièrement du mal avec les séries espagnoles, j’ai abandonné la Casa de Papel au bout de vingt minutes (en 19 minutes, ils se la pétaient tellement tous), ce qui n’est absolument pas le cas avec la Sagrada Familia (même si l’exagération est encore poussée un chouïa), mais ça passe, au vu des interprétations exceptionnelles de tous avec un accessit énorme évidemment pour Najwa Nimri (plus belle en blonde péroxydée que brune). J’espère qua Netflix commandera une suite et je vous souhaite encore de bonnes réflexions existentielles !!!

    Répondre
    • 22 octobre 2022 à 12 h 06 min
      Permalink

      Vous avez si bien résumé ma pensée ! Merci

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 2 =