Tiny Pretty Things : un teen drama superficiel dans l’univers impitoyable de la danse

Netflix a dévoilé Tiny Pretty Things, sa nouvelle série pour ados créée par Michael MacLennan, et basée sur le roman du même nom signé Sona Charaipotra et Dhonielle Clayton. Une plongée dans l’univers impitoyable d’une école de danse, où la concurrence fait rage et où le mensonge règne.

Tout commence avec la chute de Cassie (Anna Maiche) depuis un toit. L’élève star de cette prestigieuse école de danse survit miraculeusement mais est plongée dans le coma. Qu’est-il arrivé ? A t’elle été poussée ? C’est le mystère que va tenter de résoudre Isabel (Jess Salgueiro), une jeune policière déterminée. Pour combler le vide laissé par Cassie, la jeune Neveah (Kylie Jefferson) intègre l’école, et va découvrir le monde impitoyable du ballet, où tous les coups sont permis pour être le/la premièr(e).

Sur la forme, Tiny Pretty Things reprend tous les codes d’une teen série. L’éternelle voix off lassante qui ouvre (et couvre) chaque épisode, une bande musicale omni présente, et des drames personnels et amoureux qui se multiplient jusqu’à saturation. Ajoutez à cela un côté torride et sulfureux avec nudité et scènes de sexe à foison, et tous les ingrédients sont réunis pour satisfaire un public adolescent. Les plus âgés risquent en revanche de trouver tout cela très superficiel et peu réaliste. La bande de danseurs est là aussi assez typique de ce qu’on trouve dans les séries ados, avec des personnages caricaturaux pour la plupart. Entre ceux qui tueraient père et mère pour y arriver, ceux dont les dents rayent le parquet du studio, et ceux qui passent d’ange à démon selon les circonstances, difficile de trouver quelque personnage sympathique dans le lot. Et du côté des adultes, à quelques exceptions près, c’est du même acabit. En résumé, un panier de crabes assez insupportable.

Mais comme souvent avec ce genre de série, il y a ce petit quelque chose qui parvient à maintenir le suspense, et surtout le spectateur d’aller au bout. Qui a poussé Cassie ?, oui avons-le, on aimerait bien le savoir, alors on continue d’enchaîner les épisodes. Et on vous rassure, la réponse est connue à la fin. Et puisque la série semble tailler pour plaire aux plus jeunes, quoi de mieux que de terminer sur un gros cliffhanger et un nouveau cadavre ! La porte d’une deuxième saison est alors grande ouverte si le succès est au rendez-vous.

Tiny Pretty Things, saison 1 de 10 épisodes, disponible sur Netflix.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 × 2 =