Tous nos jours parfaits : le joli drame romantique avec Elle Fanning

Tous nos jours parfaits (ou All the Bright Places pour le titre original) est la nouveauté Netflix de la semaine. Basé sur le roman éponyme signé Jennifer Niven et réalisé par Brett Haley, ce drame romantique adolescent met en vedette Elle Fanning et Justice Smith, pour un résultat qui saura facilement séduire les amateurs du genre.

Elle Fanning et Justice Smith dans Tous nos jours parfaits.

Tout commence avec Violet (Elle Fanning) perchée sur le parapet d’un pont, visiblement prête à se jeter dans le vide. Elle est interrompue par l’arrivée de Finch (Justice Smith), qui dès lors, va faire sien, le devoir d’aider la jeune fille. Incapable de faire le deuil de sa soeur décédée dans un accident de voiture, Violet peine à retrouver goût à la vie. Mais un exposé proposé en cours de géographie, et devant être réalisé en binôme, va tout changer. Il s’agit de trouver deux « merveilles » de l’Etat de l’Indiana, et Finch insiste pour le réaliser avec elle. Devant son insistance, Violet finit par céder, et le duo va partir sur la route de la renaissance.

Car c’est bien de cela dont il s’agit. Le sujet a déjà été maintes fois exploité, et mêler les thèmes du deuil, de la santé mentale et de la romance adolescente n’est pas l’exercice le plus facile si l’on souhaite que le résultat fasse mouche. Mais Brett Haley parvient ici à délivrer un film touchant et romantique, sans jamais tomber dans le mélo pleurnichard. Nous n’en dirons pas plus sur le « twist » qui change le cours de la relation entre Violet et Finch, mais sachez simplement que ces histoires de renaissance à la vie sont rarement à sens unique. Finch est un marginal qui a du mal à gérer son tempérament et que ses camarades de lycée qualifient de « freak ». Et si aider Violet était aussi sa thérapie ?

L’autre réussite de Tous nos jours parfaits tient évidemment dans l’excellent duo formé par Fanning et Smith. Si les personnages qu’ils incarnent n’ont à priori pas grand chose en commun, le talent des deux jeunes acteurs offre sans problème l’alchimie nécessaire à la crédibilité de leur histoire. Elle Fanning, qui endosse également le manteau de productrice du film, démontre une fois de plus l’étendue de son talent, touchante et admirable, en passant du rire aux larmes.

Et les larmes, certains ne manqueront pas d’en verser quelques unes. Car derrière la romance, le film est avant tout un drame sur des sujets complexes et dont le ressenti est toujours individuel. Dans le cas de Finch, aucune « étiquette » n’est avancée pour désigner le mal dont il souffre, contrairement au livre original, où l’auteur le qualifiait de désordre bipolaire non diagnostiqué. Et c’est finalement l’idée qui résume le mieux le film : chacun traverse des périodes difficiles à un moment ou à un autre de son existence, et il n’y a pas LE remède miracle et universel qui fonctionne. Chacun, à sa façon, se doit de trouver la lumière au bout de son propre tunnel. Car l’autre idée instillée ici, c’est que cette lumière existe toujours.

En résumé, Tous nos jours parfaits, est un joli drame romantique, formidablement porté par un duo d’acteurs convainquant. Doté d’une très belle photographie (bien supérieure à ce que d’autres films Netflix proposent), le film parvient à embuer les yeux sans jamais tomber dans le côté « too much« .

Tous nos jours parfaits, disponible sur Netflix le 28 février.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 + 6 =