Babylon Berlin, saison 3 : c’est toujours aussi splendide!

Hier soir s’est achevée sur Sky Deutschland la diffusion de la très attendue troisième saison de Babylon Berlin. Deux derniers épisodes qui concluent, sans grande surprise, une saison à l’image des deux premières, à savoir grandiose !

Nous le disions dejà ici, après le succès phénoménal des deux premières saisons, on ne change pas une recette et une équipe qui gagne. Le trio de créateurs/réalisateurs composé de Tom Tykwer, Achim von Borries et Hendrik Handloegten a donc, tout naturellement, bâti la suite des aventures de l’inspecteur Gereon Rath en appliquant la même méthode : un casting de premier choix, des décors superbes, et un scénario palpitant, adapté des romans de Volker Kutscher.

Le final de la saison 2 nous avait laissé avec l’instecteur Rath (Volker Bruch) découvrant que son thérapeute n’était autre que son frère, laissé pour mort une décennie plus tôt sur le champ de bataille. Un retour qui bien évidemment va bouleverser la nature de la relation entre Gedeon et Helga, la (non) veuve d’Otto. Cette nouvelle saison s’ouvre au lendemain du fameux jeudi noir d’octobre 1929, où le krach financier de Wall Street va plonger le monde entier dans la Grande Dépression. Scènes de chaos à la bourse de Berlin, où Gereon Rath déambule hagard dans les couloirs. Dès lors, le scénario nous ramène cinq semaines auparavant, et les 12 épisodes de cette troisième saison vont s’écouler sur cette période de temps.

Betty Winter, actrice au futur prometteur, est assassinée en plein tournage d’un film. L’équipe de l’inspecteur Rath, toujours épaulé par son assistante Charlotte Ritter (Liv Lisa Fries) est en charge de l’enquête, et les cadavres dans les fameux studios de Babelsberg vont se multiplier. Si la traque du mystérieux assassin constitue le fil rouge de cette saison, Babylon Berlin n’en oublie pas le reste. Comme pour les saisons précédentes, la multitude de personnages, et donc de sous-intrigues induites, est parfaitement gérée, passant de l’une à l’autre avec fluidité. On retrouve, entre autres, le duo d’hommes d’affaires mafieux, Edgar l’Arménien (Misel Maticevic) et Walter Weintraub (Ronald Zerhfeld), producteurs du film où les meurtres sont commis, et dont l’investissement est remis en cause par l’arrêt du tournage. On suit également le destin de Greta Overbeck (Leonie Benesch), l’amie d’enfance de Charlotte, désormais incarcérée et condamnée à mort pour l’assassinat de son patron dans la saison précédente. Ou encore celui de l’héritier Nyssen (Lars Eidinger), bien décidé à tirer profit de la catastrophe économique qui s’annonce.

Car bien évidemment, au-delà des storylines individuelles, Babylon Berlin s’attache une fois de plus à dépeindre une époque, en mêlant petite de grande Histoire. Les années folles, la vie nocturne des cabarets berlinois ont connu leur apogée. Et la décennie qui s’annonce ne se présente pas sous les meilleurs hospices. Les luttes intestines entre communistes et nazis, les généraux de l’armée qui rêvent de revanche et d’un IIIème Reich qui rendrait sa splendeur au pays, ou encore la jeunesse (comme le fils de Gereon Rath) qui découvre les jeunesses hitlériennes et Mein Kampf.

Enfin, il y a tout naturellement la relation entre Gereon et Charlotte. Nous ne dévoilerons rien de celle-ci, sachez simplement qu’au son d’un accordéon et de la chanson Du bist alles was ich will (tu es tout ce que je veux/désire) chantée A cappella par Gräf (Christian Friedel), l’épisode 9 nous réserve probablement la scène la plus belle de cette troisième saison. Superbement filmée, interprétée et réalisée, un bonheur tout en douceur…

Vous l’aurez compris, l’impatience était grande, et le résultat est au rendez-vous. Vous avez adoré les deux premières saisons, rassurez-vous, la troisième est du même accabit : splendide ! Vendue dans plus de 100 territoires, nul doute que Babylon Berlin obtiendra rapidement le feu vert pour une quatrième saison. Pour rappel, en France la série est proposée par Canal+, et aucune date de diffusion n’a encore été annoncée. Patience donc…

Credit photos (c) X Filme Creative Pool / Sky Deutschland.

Une pensée sur “Babylon Berlin, saison 3 : c’est toujours aussi splendide!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 − 15 =