Unbelievable : histoire d’un viol impossible à croire

Au lendemain de la mise en ligne de la très décevante The I-Land, Netflix a dévoilé Unbelievable, une autre mini-série, inspirée d’une histoire vraie. Celle du viol d’une adolescente, qui sous la pression des enquêteurs finira par douter des faits, et reconnaîtra avoir menti. Un récit glaçant, porté par un trio d’actrices magistral.

Unbelievable
Toni Collette et Merritt Wever, magistral duo de Unbelievable.

Unbelievable s’ouvre en 2008, au lendemain du viol de Marie. La nuit précédente, un homme cagoulé s’introduit par effraction dans son appartement, la viole, et fait disparaître toutes traces de sa présence sur les lieux. Hormis des marques sur les poignets, les preuves scientifiques manquent pour corroborer les dires de la jeune fille de 18 ans. Et le calvaire de Marie ne fait que commencer. Les interrogatoires de la police s’enchaînent, obligeant la victime a répéter encore et encore le déroulement des faits. Epuisée, traumatisée, Marie finit par douter d’elle-même, et faire douter les enquêteurs. Ces derniers, deux hommes plutôt âgés sans grande empathie vont la pousser à reconnaître qu’elle a tout inventé. Dans le même temps, Unbelievable développe un second arc narratif, situé en 2011. Deux détectives féminins, d’un district différent, enquêtent elles aussi sur des affaires de viol. Lorsque des similitudes apparaissent dans le mode opératoire du violeur, les deux femmes se rencontrent et finissent par faire enquête commune. Une investigation, qui peu à peu, et victime après victime, va les mettre sur la piste d’un violeur en série.

Unbelievable est à n’en point douter une série féministe, avec des personnages forts superbement interprétés. Le duo féminin de détectives formé par Toni Collette et Merritt Wever affiche un contraste saisissant avec leurs collègues masculins de 2008. Le personnage de Wever est tout en retenue, plein de compassion et d’empathie envers les victimes. De sa voix douce et posée, cette mère de famille sait communiquer avec ces femmes violées, en trouvant le ton juste pour ne pas les brusquer. A ses côtés, Toni Collette arbore un style plus impulsif et « rentre dedans », sans jamais tomber dans l’excès ou la caricature. Les deux sont en tout point déterminées, presque obsédées, par leur enquête et ce violeur en série toujours dans la nature. Et puis il y a Marie, magnifiquement interprétée par la jeune Kaitlyn Dever. Abandonnée à l’âge de trois ans, Marie a grandi de familles d’accueil en familles d’accueil. Le traumatisme du viol subi et ses conséquences pèsent sur la jeune femme, en lutte contre elle-même et contre les autres. La scène d’interrogatoire où elle finit par avouer avoir tout inventé est presque insoutenable à regarder, tant la détresse et la confusion de la victime sont palpables. D’autres victimes sont brièvement croisées au fil des épisodes, et notamment Amber, là aussi superbement interprétée par Danielle Macdonald. Jeune étudiante angoissée et terrorisée après les faits, qui tente de faire comme si tout allait bien, et qui se demande sans cesse si ses réactions sont « normales » au vu du traumatisme subi. Là encore, entre colère, déni, culpabilité et peur, chacun trouve avec ses propres moyens, la meilleure façon de surmonter l’épreuve.

Les deux timelines finissent évidemment par se rejoindre en 2011 avec un horizon qui semble se dégager, peut-être pour la première fois de sa vie, pour la jeune Marie. Tirée d’une histoire vraie dont le récit « An Unbelievable Story of Rape » a valu à ses auteurs T. Christian Miller et Ken Armstrong le prix Pulitzer, cette mini-série affiche un petit côté True Detective dans sa narration. De façon plutôt lente, Unbelievable s’attarde sur ses personnages et sur les dysfonctionnements d’un système qui peine à prendre en charge les victimes de viol. A la fois émouvante et révoltante, Unbelievable tient toutes les promesses que sa bande-annonce laissait suggérer. Une mini-série créée par Susannah Grant, Michael Chabon et Ayelet Waldman, interdite aux moins de 16 ans, qui mérite largement de s’y attarder.

Unbelievable, mini-série de 8 épisodes, disponible sur Netflix depuis le 13 septembre.

 

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 + 22 =