Polar : le thriller ultra-violent, super fun et génial, signé Netflix

Polar, la nouveauté ciné de la semaine signée Netflix arrive ce vendredi sur la plateforme de streaming. Un thriller ultra-violent, où Mads Mikkelsen se prend pour John Wick, et dézingue tout sur son passage. Amateurs d’hémoglobine retapissant les murs, Polar est définitivement fait pour vous. Et c’est un pur régal !

Polar
Polar, le 25 janvier sur Netflix

Duncan Vizla, dit The Black Kaiser, est considéré comme le plus grand assassin du monde. A deux semaines de la retraite, il n’aspire qu’à couler des jours heureux, avec le chèque de huit millions de dollars que son employeur va devoir lui régler. Ce dernier se verrait bien, en revanche, garder le pactole pour lui, et pour se faire il suffit d’éliminer le futur retraité. Une première fausse mission au Belarus échoue à rayer l’assassin de la carte des vivants. L’employeur sort alors les grands moyens, et lance à ses trousses une armée de jeunes tueurs, tous plus psychopathes les uns que les autres. Et la chasse à l’homme va s’avérer très sanglante.

La bande-annonce annonçait la couleur, et elle ne mentait pas. Polar est ultra-violent, avec des cadavres qui se comptent à la pelle. De bastons en tout genre en scènes de torture, le film fait gicler le sang pendant les deux heures de sa durée. Et Mads Mikkelsen est tout simplement génial dans la peau de l’assassin usé, qui attend son 50ème anniversaire pour commencer à se la couler douce. Mais derrière cette force tranquille se cache un assassin impitoyable, capable de vous scotcher au mur par les testicules avec un pistolet à clous, ou vous transpercer le crâne à la perceuse. Et tout ça avec le sourire. Car l’humour est la deuxième caractéristique du film. Le réalisateur Jonas Akerlund a résolument placé son thriller dans la catégorie « trash et déjanté », notamment avec la bande de jeunes tueurs, tous shootés à l’adrénaline et à la coke. Et le résultat est hilarant, si l’on adhère au genre. Et le thriller n’en oublie pas non plus d’être sexy, avec son lot de bimbos et scènes de sexe. Et puis enfin, entre deux bastons, se dresse une sous-intrigue impliquant Camille (Vanessa Hudgens), la voisine traumatisée de Duncan. Un rôle dramatique aux antipodes de ceux que l’actrice a plutôt l’habitude d’incarner, et la miss Hudgens s’en sort à merveille. Un twist très bien amené, que beaucoup n’auront pas vu venir, et Polar peut s’achever sur un dernier plan superbe, où tout est dans les regards…

Après les deux films en demi-teinte de la semaine dernière (le franchement mauvais Close, et l’imparfait IO), Netflix nous régale cette semaine. Polar est certes violent, mais aussi très fun et bien rythmé. Le duo Mikkelsen/Hudgens est parfait, et Katheryn Winnick, Matt Lucas, ou encore Richard Dreyfuss complètent à merveille la distribution. Amateurs du genre, vous pouvez vous jeter sur la télécommande, Polar est une belle réussite qui saura assurément vous divertir. D’autres en revanche n’y verront sans doute que violence gratuite, stupidité, sexisme, et surexploitation du corps féminin. A chacun ses goûts. Nous, on a adoré.

Polar, disponible sur Netflix depuis le 25 janvier.

 

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 × 27 =