« The Mire ’97 » : une saison 2 captivante pour la série polonaise

Parmi les nouveautés de la semaine sur Netflix, la série polonaise « The Mire » revient pour sa deuxième saison baptisée « The Mire ’97« . De nouveaux personnages rejoignent les journalistes Zarzycki et Wanycz pour continuer à déterrer et élucider les mystères du passé.

Après une première saison qui se déroulait au début des années 80, « The Mire » fait un saut dans le temps, direction l’année 1997. La lieutenante Anna Jass (Magdalena Rozczka) débarque dans la petite ville depuis Varsovie, tandis que Piotr Zarzycki (Dawid Ogrodnik) effectue un retour au bercail en tant que nouveau rédacteur en chef du journal local. La ville est noyée sous les inondations, et la rupture d’une digue a mis au jour les restes d’un ancien cimetière datant de la seconde guerre mondiale, mais également le cadavre d’un jeune garçon de 12 ans. Jass et son collègue Mika (Lukasz Simlat) vont mener l’enquête, et comme pour la première saison, celle-ci va se révéler être tentaculaire.

La recette appliquée à ces nouveaux épisodes est la même que précédemment. Des mystères, sans lien particulier entre eux, et des pièces d’un puzzle qui s’emboitent finalement petit à petit : la noyade d’un garçon de 12 ans, la rupture d’une digue qui ne serait pas accidentelle, un riche homme d’affaires dont le fils a été enlevé, et toujours le mystère entourant la forêt de Gronty… La grande réussite de cette deuxième saison est de répondre aux nombreuses interrogations laissés en plan lors de la première, et ce, malgré un saut dans le temps plutôt important. De nombreux flashbacks nous ramènent à la seconde guerre mondiale, et à la jeunesse de Witold Wanycz (Andrzej Seweryn). Les deux journalistes sont cette fois-ci un peu en retrait, laissant la plus grande part de l’intrigue se concentrer sur l’enquête de la lieutenante Jass. Un nouveau personnage immédiatement charismatique par sa droiture et ses compétences, aux antipodes de l’amateurisme des policiers locaux, et surtout de la corruption qui règne en maître.

Sur la forme, les six épisodes de cette saison sont, là encore, la copie conforme des précédents. Le rythme est lent, l’atmosphère sombre, la reconstitution de la Pologne de l’époque est superbe, et le résultat plus que convaincant. Si certaines réponses ont été apportées, les scénaristes laissent au final la porte ouverte à une éventuelle suite. Car la forêt de Gronty est loin d’avoir livré tous ses secrets, et on croise les doigts pour que Netflix commande une saison 3 !

« The Mire ’97« , saison 2 disponible sur Netflix.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 + 22 =