Au plaisir de se faire trahir : thriller érotique hot et superficiel

En ce mercredi automnal, Netflix fait remonter les températures avec « Au plaisir de se faire trahir« , un thriller érotique brésilien, hot…et superficiel.

Synopsis : Dans cette adaptation du roman de Sue Hecker, une comptable voit dans la trahison de son fiancé l’occasion d’un éveil sexuel, avec de sombres conséquences.

Un court synopsis qui suffit à résumer ce nouveau thriller érotique réalisé par Diego Freitas. Car de « thriller » (une sombre histoire de blanchiment d’argent dans un cabinet comptable), le film n’en a que le nom. Tout n’est que prétexte aux nombreuses scènes de sexe qui jalonnent le long-métrage du début à la fin.

On y suit Babi, une comptable qui s’apprête à épouser Caio, avant de découvrir son infidélité lors de son enterrement de vie de jeune fille. Une trahison qui sonne comme un éveil sexuel, et qui va se réaliser dans les bras du beau Marco. L’attirance mutuelle est instantanée, et les deux tourtereaux vont, dès lors, s’envoyer en l’air dans toutes les pièces, et dans toutes les positions…

Inutile d’en rajouter d’avantage. « Au plaisir de se faire trahir » rejoint la liste de ces thrillers sulfureux, comme « 365 DNI » ou « Sombre Désir« . Le scénario tient sur la ficelle d’un string, et tout repose sur les scènes de sexe, où la nudité est bien présente. On soulignera quand même la très belle photographie chaude et saturée, qui colle parfaitement à l’ambiance du film.

Dans le rôle des tourtereaux, nous retrouvons Giovanna Lancellotti (« Riche en amour 2« ) et Leandro Lima. A leur côté, Bruno Montaleone, Louise D’Tuani et Micael Borges complètent la distribution de ce thriller superficiel, qui s’oubliera dès le visionnage achevé.

« Au plaisir de se faire trahir« , disponible sur Netflix.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 6 =