Sombre Désir : la nouvelle série mexicaine muy caliente!

Après le très controversé 365 DNI, Netflix a décidé de faire monter encore un peu plus la température avec Sombre Désir, sa nouvelle série mexicaine, arrivée ce mercredi sur la plateforme. Un thriller qui mêle crimes, sexe, et secrets du passé dans une ambiance sulfureuse.

Sombre Désir raconte l’histoire d’Alma (Maite Perroni), une avocate et professeure de droit mariée à Leonardo (Jorge Poza), un juge respecté, qu’elle soupçonne de lui être infidèle. Lors d’un weekend chez son amie de toujours Brenda (Maria Fernanda Yepes), Alma se laisse aller dans les bras de Dario (Alejandro Speitzer), un jeune homme bien plus jeune qu’elle. Délaissée par son mari, Alma retrouve les feux de la passion le temps d’une nuit. Mais ce qui ne devait être qu’un « coup d’un soir », va très vite tourner à l’obsession. Et lorsqu’un événement tragique se produit, c’est tout l’entourage familial d’Alma qui se retrouve plongé dans un imbroglio mêlant adultère, meurtres passés et secrets en tout genre.

Dès le début, Sombre Désir embrasse les codes des thrillers érotiques du genre 50 Shades ou encore 365 DNI. Tout semble un peu léger, les scènes de sexe sont muy caliente, mais on se dit que tout cela ne suffira pas à remplir les 18 épisodes de cette première saison. Et effectivement, dans sa deuxième partie, la série vire franchement au thriller, sans délaisser pour autant son côté érotique et sulfureux. Le passé de Leonardo semble trouble, tout comme celui de son frère Esteban (Erik Hayser), ancien policier devenu détective privé. Le côté bad boy de Dario est de plus en plus inquiétant, et finalement Alma (et le spectateur) sont bien incapables de dire qui est coupable ou innocent.

Sombre Désir réussit le pari de devenir de plus en plus addictif au fil des épisodes. Un puzzle qui ne cesse de se construire et déconstruire au gré des pièces ajoutées ou ôtées. Le dénouement se met très lentement en place, et c’est peut-être le seul vrai reproche que l’on peut trouver à la série. Dans sa deuxième partie, les rebondissements à répétition finissent par faire un trop plein, et n’évitent pas de nombreuses longueurs. Le casting est quand à lui impeccable de bout en bout. A ceux déjà cités, ajoutons Regina Pavon dans le rôle de Zoe, la fille d’Alma et Leonardo.

Amateurs de thrillers et de scènes de sexe très très hot, Sombre Désir ne vous décevra pas. Parfaitement bien réalisée malgré quelques longueurs, avec un suspense savamment entretenu, cette première saison est une belle surprise et une vraie réussite. Ajoutons enfin que le côté « féministe » de la série, et les violences faites aux femmes sont également un fil rouge sous jacent parfaitement bien distillé.

Sombre Désir, créée par Leticia Lopez Margalli, saison 1 de 18 épisodes de 30 minutes environ, disponible sur Netflix.

Credit photos (c) Netflix.

2 pensées sur “Sombre Désir : la nouvelle série mexicaine muy caliente!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 − 15 =