Le Goût de la haine : thriller glacial dans l’enfer malsain d’internet

Quelques jours seulement après la série Signs, la Pologne est de nouveau à l’honneur sur Netflix. Dans la catégorie films cette fois-ci, Le Goût de la haine nous plonge dans l’univers très malsain d’internet. Un thriller glaçant signé Jan Komasa qui a remporté le prix du meilleur film de fiction au dernier festival de Tribeca.

Tomasz (Maciej Musialowski) est un jeune provincial qui a réussi à intégrer la faculté de Droit de Varsovie, avant de se voir expulser pour plagiat. Zofia (Danuta Stenka) et Robert (Jacek Koman), des amis de ses parents, l’ont aidé financièrement, et Tomasz est amoureux depuis toujours de leur fille Gabi (Vanessa Aleksander). Si les trois reconnaissent en lui certaines valeurs, ils se moquent également gentiment de lui. Mais ils ne vont pas rire longtemps. Le jeune homme parvient à se faire embaucher par une société chargée d’organiser des campagnes de dénigrement sur les réseaux sociaux, dirigée par une femme prête à tout, Beata Santorska (Agata Kulesza). Faux comptes, faux profils, messages de haine, tout l’univers impitoyable d’internet est au service de Tomasz pour détruire les vies et carrières de ses cibles.

On le sait, la Pologne est l’un des pays d’Europe le plus réticent à la vague d’immigration que le vieux continent connait depuis 2015. Elle entend bien rester blanche et chrétienne, et le nationalisme, le populisme et la xénophobie y sont monnaie courante. Le réalisateur utilise cette réalité pour mettre en scène son personnage principal. Tomasz a pour mission de détruire la campagne électorale d’un politicien convoitant la mairie de Varsovie. Celui-ci, pro immigration et pro LGBT, est bien évidemment la cible des organisations d’extrême droite. En jetant de l’huile sur le feu des deux camps, Tomasz voit ses manipulations largement dépasser le cadre des réseaux sociaux, avec des répercussions bien réelles.

D’une durée de 2h15, le film affiche certaines longueurs, et le ton est donné dès le début. Une première demi-heure assez fastidieuse où le spectateur se demande encore où tout cela va mener. Puis les entreprises machiavéliques de Tomasz prennent peu à peu vie, et l’homme apparaît aussi glacial que flippant. C’est ce qui fait tout le charme de ce Goût de la haine. Derrière son visage d’ange et son attitude réservée se cache un véritable démon. Et derrière le formidable outil qu’est Internet se cache un véritable danger, dès lors qu’un individu comme Tomasz décide de se connecter.

En résumé, Le Gôut de la haine est un thriller psychologique au rythme lent, qui vient compléter la liste des belles surprises polonaises proposées par Netflix. Après Dans les bois, The Mire ou encore Signs (on laissera de côté le navet 365 DNI), le film de Jan Komasa est une belle réussite à découvrir.

Le goût de la haine, disponible sur Netflix le 29 juillet.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 − 18 =