No Man’s Land : une plongée fascinante dans l’enfer syrien

Arte vient d’achever la diffusion de sa mini-série No Man’s Land, créée par Maria Feldman, Eitan Mansuri, Amit Cohen et Ron Leshem. Une plongée fascinante au coeur de l’enfer syrien que les retardataires peuvent rattraper sur le site d’Arte jusqu’au 29 mai 2021.

No Man’s Land nous entraîne dans les pas d’Antoine (Félix Moati) qui, dans une vidéo au journal télévisé, croit reconnaitre sa soeur Anna (Mélanie Thierry), présumée morte dans un attentat au Caire quelques années auparavant. Sans se poser de question, Antoine se rend en Turquie et parvient à passer en Syrie, à la recherche de sa soeur. Intégré au sein d’un groupe de combattantes kurdes dirigé par Sarya (Souheila Yacoub), le périple d’Antoine va évidemment s’avérer risqué. Dans le même temps, et dans l’autre camp, nous suivons le destin de trois amis d’enfance qui ont rejoint les rangs de l’Etat islamique.

En 8 épisodes, No Man’s Land offre une plongée fascinante au coeur du conflit syrien. A l’aide de nombreux flashback, l’histoire oscille sans cesse entre présent et passé. Si la recherche d’Antoine constitue le fil rouge de la série, les autres personnages ne sont pas relayés au second plan. On découvre l’enfance des trois amis désormais dans les rangs de l’EI, au coeur d’une cité de banlieue. Il en est de même pour Sarya, qui après avoir grandi à Paris, se retrouve désormais en première ligne du côté kurde. Et bien sûr, le côté familial concernant Antoine, qui se sent responsable du départ de sa soeur.

En plus d’un scénario prenant et captivant, la série peut compter sur un casting international solide. Felix Moati délivre un sans-faute dans la peau d’un homme étranger à la guerre, et qui s’y retrouve plongé du jour au lendemain. Le britannique James Floyd est particulièrement convaincant dans le rôle de Nasser, l’un des trois amis devenus djihadistes. Sans parler de James Purefoy que l’on ne présente plus, et qui ici, incarne un agent du Mossad.

Au final, No Man’s Land s’avère être une belle réussite sur toute la ligne. Un histoire touchante et captivante, qui pourrait bien être récompensée d’une seconde saison. Pensée au départ comme une mini-série, le succès d’audience sur le site d’Arte (où la série était disponible depuis septembre dernier), a visiblement ouvert la porte à une suite. Et on ne peut que s’en réjouir !

Et pour les retardataires, la série est disponible en replay sur Arte jusqu’en mai prochain. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire !

Credit photos (c) Arte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 × 23 =