The Old Guard : Charlize Theron blasée d’être immortelle

C’est probablement le blockbuster de l’été que Netflix vient de sortir des cartons. The Old Guard, adapté d’un comic américain du même nom, continue de tracer la route ouverte par 6 Undeground ou Tyler Rake sur la plateforme de streaming. De l’action, des flingues, et une Charlize Theron qui dézingue tout sur son passage.

Réalisé par Gina Prince-Bythewood, The Old Guard suit une bande de guerriers mercenaires qui oeuvre dans l’ombre pour le bien de l’humanité. Leur particularité, être immortels. La chef du groupe est Andromaque la Scythe, alias Andy (Charlize Theron), qui est aussi la plus « âgée ». A ses côtés Booker (Matthias Schoenaerts) est lui le plus « jeune », mort et ressuscité pour la première fois à l’époque Napoléonienne. Et pour compléter ce groupe, il y a Joe (Marwan Kenzari) et Nicky (Luca Marinelli), deux adversaires au temps des croisades, qui après s’être entretués plusieurs fois, sont devenus amants. Le quatuor se voit même renforcé de façon inattendue par la « naissance » d’un nouveau membre, en la personne de Nile, une jeune Marine tout juste décédée en mission en Afghanistan. Mais leur secret séculaire risque soudainement d’être révélé au monde lorsqu’un ancien de la CIA (Chiwetel Ejiofor), associé à un laboratoire pharmaceutique, veut les transformer en cobaye dans le but de développer l’immortalité pour tous. Le groupe n’a alors plus qu’une mission : empêcher la divulgation de leur condition pour le moins singulière.

The Old Guard nous plonge dans le bain dès le début, et semble amorcer ce que la bande-annonce promettait. De l’action, avec une Charlize Theron badass et sa bande, qui tranchent à tout va tout ce qui passe à portée de leurs haches ou épées. Et le tout dans des scènes de combats particulièrement bien chorégraphiées. Puis rapidement le film perd de son rythme et glisse vers des séquences plus calmes (certains diront trop longues) où souvenirs de batailles, d’anciens camarades perdus (car l’immortalité n’est pas éternelle !) apportent leur dose d’émotion au métrage. Et c’est probablement là que le point faible du film se situe. Netflix a clairement annoncé la couleur en voulant faire de The Old Guard une franchise. Alors on distille des éléments de-ci de-là, qui viendront plus tard, un jour, dans un autre film, compléter le récit. C’est notamment le cas avec un personnage longuement évoqué par Andy. Mais en attendant, on a parfois l’impression de faire du surplace. Des flashbacks un peu « cheap » en terme de réalisation, des scènes de combats qui finissent par se ressembler, et le tout laisse une impression de déjà-vu dans de multiples séries B.

En résumé, The Old Guard n’est pas foncièrement mauvais (loin de là !), juste un peu trop long. Deux heures qui défilent de façon inconstante, comme si l’on s’attachait à déjà préparer le terrain pour une suite. Le final, avec le retour d’un personnage inattendu, en veut pour preuve. Rien à reprocher en revanche niveau casting. Charlize Theron, évidemment, n’a plus grand chose à prouver devant une caméra. Après Mad Max : Fury Road ou Atomic Blonde, on connait son potentiel en terme d’action. Et Matthias Schoenaerts est, à ses côtés, une fois de plus excellent. Sans révolutionner le genre, The Old Guard saura satisfaire les amateurs du genre, en souhaitant que si suite il y a, celle-ci saura se montrer un peu plus prenante.

The Old Guard, disponible sur Netflix le 10 juillet.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 + 2 =