The One : thriller et recherche d’âme soeur s’entremêlent sur Netflix

Et si trouver l’âme soeur de façon certaine s’avérait être aussi magique que problématique ? C’est ce que propose The One, la nouvelle série Netflix créée par Howard Overman. Ajoutez à cela une enquête policière pour tenter de résoudre un meurtre, et tous les ingrédients sont alors réunis pour un thriller classique et plutôt convaincant.

The One est le nom de la société créée par Rebecca Webb (Hannah Ware). Celle-ci promet à chacun de trouver son âme soeur grâce à une correspondance d’ADN. Une fois « matchés », deux individus sauront qu’ils sont irrémédiablement faits l’un pour l’autre. Le succès est immédiat. Les célibataires sont évidemment ravis, mais les personnes en couple qui se sont laissés tenter par l’expérience ont fait croitre de manière exponentielle le nombre de divorces ! Quant à celles qui n’osent faire le test de peur de découvrir que leur conjoint actuel n’est pas le « the One » pour elles, la vie n’a rien d’un long fleuve tranquille. Ce court résumé semble être le point de départ de la série, avant que celle-ci n’oblique dans une autre direction. Et si l’origine du succès et de la fortune de Rebecca Webb était liée à un meurtre, après le repêchage d’un corps dans la Tamise ? Pour cela, l’inspectrice Zoe Tapper (Kate Saunders) va mener l’enquête.

Comme toujours en pareil cas, difficile d’en dire davantage sous peine de tuer tout suspense. Nous dirons simplement qu’il y a deux séries dans « The One« . La première serait celle d’une enquête criminelle assez classique, qui voit une détective obstinée, bien résolue à faire tomber le ou la coupable. La seconde est quant à elle bien plus terre à terre, et suit différents personnages confrontés au dilemme « The One ». Il y a bien évidemment Rebecca Webb, qui a trouvé son âme soeur dans la base de données génétiques, tout comme l’inspectrice Tapper. Et puis il y a le couple formé par Hannah (Lois Chimimba) et Mark (Eric Koofi Abrefa). Mariés et heureux, Hannah n’a pourtant qu’une crainte : ne pas être la « The One » de Mark. Et lorsqu’elle découvre que l’âme soeur de son mari vit à Londres, les décisions qu’elle va prendre ne vont faire que compliquer la situation. Là encore, difficile d’entrer plus dans le détail. Sachez simplement que ces deux intrigues s’imbriquent parfaitement, les personnages étant tous, d’une façon ou d’une autre, en relation.

C’est probablement ce qui fait la force et la faiblesse de la série. Deux storylines qui cohabitent dans la même histoire, avec parfois quelques clichés et grosses ficelles. D’un mécanisme assez classique, le scénario et les mystères se dévoilent petit à petit à coup de flashbacks réguliers. Il y a en revanche un point fort indéniable, la prestation d’Hannah Ware. Elle campe à merveille le personnage de Rebecca, à la fois femme froide, déterminée, manipulatrice, mais également seule et fragile.

En résumé, cette première saison de The One parvient malgré tout à convaincre, notamment grâce à son casting. L’ensemble aurait probablement bénéficié d’une intrigue resserrée sur 8 épisodes au lieu de 10, évitant quelques longueurs dans la seconde partie de saison. Enfin, le final (et son cliffhanger !) n’apportant aucune conclusion, la porte est évidemment grande ouverte pour une éventuelle saison 2 !

The One, saison 1 de 8 épisodes, disponible sur Netflix.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 + 28 =