Lovesick : la série sex and fun à (re) découvrir !

Si le confinement a bien des inconvénients, il présente aussi un avantage certain. Celui d’avoir le temps de rattraper certains films et séries qui nous avaient échappés. C’est aujourd’hui le cas avec Lovesick, une série créée par Tom Edge, qui bouscule de façon sexe et fun, tous les codes de la romcom habituelle.

Tout commence avec Dylan, jeune trentenaire, qui apprend qu’il a contracté la chlamydia. Il lui faut alors recontacter la loooongue liste de ses partenaires sexuels passés afin de les informer du risque potentiel. C’est ainsi que Lovesick va alors nous raconter les 5 ou 6 années précédentes, au travers des différentes relations de Dylan, et de ses deux colocataires. Car si le jeune homme est le point de départ de cette romcom, c’est également l’histoire du trio qu’il forme avec Evie et Luke. Si Dylan cherche désespérément le grand amour, en pensant le trouver à chaque fois, Luke lui, est adepte des coups d’un soir. Surtout pas d’engagement, du sexe et rien que du sexe ! Quand à Evie, elle est secrètement amoureuse de Dylan depuis le début, mais elle a su rester l’amie fidèle en toute circonstance. Mais ne croyez pas que les deux amis qui s’aiment en silence sans se l’avouer vont, comme dans toute romcom classique, finir par se trouver. Et si tel est quand même le cas, rien n’augure d’un happy end assuré. C’est la grande force de Lovesick, parvenir à rester réaliste et coller au plus près à la réalité. Celle qui rend toute relation, si ce n’est compliquée, en tout cas semée d’embûches et d’imprévus.

La relation Dylan/Evie est donc le fil rouge de Lovesick, et nous suivons son évolution au travers des différentes aventures du trio. Et celui-ci est, avec une écriture millimétrée des dialogues et des situations très très fun, la grande réussite de la série. Si Johnny Flynn (Dylan) et Antonia Thomas (Evie) sont absolument parfaits, la palme revient à Daniel Ings (Luke) pour un personnage complètement hilarant. On notera aussi la présence (entre autres) de Hannah Britland (Abigail) et Joshua McGuire (Angus), également impeccables.

Composée de 3 saisons (soit 22 épisodes de 25 minutes au total), Lovesick est une réussite sur toute la ligne. C’est (très) drôle, touchant, parfois délirant (on pense ici à l’hystérique Helen !), et possède surtout cet humour 100% british inégalable. Une sorte de mix entre Casual, Californication, et Fleabag, qui font de Lovesick une véritable pépite. Si comme nous vous étiez passés à côté, il est grand temps de réparer cette erreur. Vous ne pourrez pas être déçus.

Credit photos (c) Netflix.

Une pensée sur “Lovesick : la série sex and fun à (re) découvrir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 − 23 =