Carnival Row : la série fantastique qui peut (et doit) mieux faire !

En cette rentrée, Amazon a dégainé Carnival Row, sa nouvelle série fantastique en 8 épisodes, créée par René Echevarria et Travis Beacham. Après une bande-annonce alléchante et la commande d’une deuxième saison avant même la diffusion de la première, tous les signaux étaient au vert pour garantir une passionnante saga. Mais au terme du visionnage de cette première saison, plusieurs bémols viennent malheureusement refroidir notre ardeur.

Carnival Row
Orlando Bloom et Cara Delevingne dans Carnival Row.

Un drama policier à l’ère Victorienne, sur fond de romance et de fantastique, telle est en résumé la trame de Carnival Row. Une guerre sans merci a obligé certaines espèces fantastiques (comme les fées) à trouver refuge dans la ville de The Burgue, contrôlée par les humains. C’est le cas de Vignette (Cara Delavingne), une fée éplorée d’avoir perdu sept ans auparavant l’amour de sa vie, un militaire (humain) nommé Philo (Orlando Bloom). Ce dernier, devenu policier, est pourtant bel et bien vivant, et enquête sur des meurtres en série particulièrement violents et énigmatiques. La tension entre humains et « espèces différentes » est maximale. Les premiers refusent toute différence et intégration à ceux qui se retrouvent cantonnés dans les bas fonds de Carnival Row. Et c’est peut-être là le deuxième bémol de la série. De nombreuses allégories avec les problèmes de notre époque résonnent largement en toile de fond. Mais peut-être résonnent-elles un peu trop fort, ou tout du moins, avec un manque de finesse ou de subtilité. L’idylle naissante entre une riche héritière (humaine) et un homme bélier en est l’illustration parfaite. Enfin, le dernier bémol serait à trouver dans le genre même de Carnival Row. Pas si fantastique que cela au final. Certes il y a les espèces imaginaires et une créature terrifiante semant de façon violente la mort derrière elle. Certes mythologie et sorcellerie sont de la partie, mais à bien y regarder, l’ensemble reste très terre à terre. Mais fort heureusement, Carnival Row possède également quelques beaux atours !

Avec des décors superbes, des effets spéciaux magnifiques et une photographie particulièrement travaillée, le gros point fort de Carnival Row se trouve dans le rendu visuel. Incontestablement, la série nous en met plein la vue du début à la fin. Dans l’atmosphère sombre et lugubre du quartier pauvre de Carnival Row, les visuels peuvent, sans conteste, être comparés à ceux de Peaky Blinders ou de The Alienist. Ajoutons au passage que le générique semble flirter pour sa part du côté de celui de Westworld. Et puis, il y a le cast, avec en premier lieu le duo vedette composé d’Orlando Bloom et Cara Delevingne. Le premier est tout simplement bluffant du début à la fin, mais la bonne surprise vient de sa partenaire à l’écran. Si certains ont pu émettre des doutes quant à ses qualités d’actrice précédemment, ceux-ci risquent fort d’être balayés grâce à Carnival Row. L’ancienne mannequin délivre ici une prestation de haute volée dans son rôle de fée.

D’un scénario beaucoup trop léger et convenu, les scénaristes semblent peiner à chaque épisode à faire décoller la série. Après un début prometteur et mystérieux, tout s’éclaire dans le 3ème épisode composé de flashbacks. La rencontre entre Philo et Vignette, et le destin qui attend les différentes espèces. Mais la suite n’est qu’un lent déroulé d’une intrigue trop convenue avec un manque de rythme évident. Un format 42 minutes (plutôt que des épisodes d’une heure) aurait été largement salutaire. On a alors envie de dire dommage. Vraiment dommage. Car la série n’est pas mauvaise (loin de là !), elle manque juste d’un peu plus de peps et de rebondissements inattendus. Souhaitons que les scénaristes sauront rectifier le tir, puisque saison 2 il y aura ! Et malgré les petites déceptions perçues tout au long de cette première saison, on a quand même envie d’en voir plus, tant la qualité et le potentiel de Carnival Row semblent évidents.

Carnival Row, disponible sur Amazon Prime Video depuis le 30 août.

 

Credit photos (c) Amazon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 + 11 =