Merry Happy Whatever, la sitcom de Noël très fun sur Netflix

Avec Merry Happy Whatever, Netflix continue de nous plonger dans l’ambiance de Noël, et il y en a pour tous les goûts. Après la comédie romantique très sympa The Knight Before Christmas, le film d’animation très fun Klaus, ou la comédie adolescente Let It Snow, c’est du côté des sitcoms que le géant californien a posé sa hotte de Noël.

Si le scénario de Merry Happy Whatever ne brille pas par son originalité, les amateurs de sitcoms y trouveront néanmoins leur compte sans difficulté. Emmy Quinn (Bridgit Mendler), analyste financière à Los Angeles revient passer les fêtes de Noël chez son père Don (Dennis Quaid) à Philadelphie. C’est aussi l’occasion de lui présenter son petit ami Matt (Brent Morin), un musicien qui peine à vivre de sa passion. Les frères et soeurs d’Emmy sont aussi au rendez-vous familial avec conjoints et enfants, et la semaine va s’avérer être plutôt mouvementée pour tout ce petit monde. Car Don est plutôt traditionaliste. Ancien militaire devenu officier de police, certains le désigneraient facilement comme peu ouvert d’esprit, et rigide avec tendance réactionnaire. On comprend vite que Matt n’est pas au bout de ses peines afin de se faire accepter par son futur beau-père.

Merry Happy Whatever
Merry Happy Whatever, la sitcom de Noël signée Netflix

Entre une soeur qui se fait plaquer devant toute la famille dès son arrivée, l’autre qui ne parvient pas à tomber enceinte, et le frère qui a perdu son emploi sans l’avouer à personne, les soucis du clan Quinn ont de quoi occuper les fêtes. Et si tout cela paraît peu original sur le papier, la comédie est largement sauvée par son casting hilarant. Dennis Quaid évidemment, dans le rôle très caricatural du père bourru et attaché aux traditions familiales est excellent. Les fans d’Undateable, autre sitcom hilarante durant trois saisons sur NBC, retrouveront avec plaisir le couple Mendler/Morin, toujours aussi bien assorti et dont l’alchimie transparaît à  l’écran. Asley Tisdale (Kayla, la petite soeur) est hilarante du début à la fin, tout comme les conjoints interprétés par Adam Rose et Elizabeth Ho. Ces derniers ont une bonne connaissance du clan Quinn (et principalement du père !) et le trio qu’ils forment avec le nouveau venu (Matt) réserve quelques meilleures scène de la série.

En conclusion, Merry Happy Whatever remplit largement son contrat. Une sitcom très drôle que les amateurs du genre savoureront sans modération. Composée de 8 épisodes de 30 minutes, la « semaine en enfer » chez les Quinn est un excellent divertissement que l’on conseille à tous ceux qui aiment mettre leur cerveau en sommeil, et juste savourer le contenu sur leur écran.

Merry Happy Whatever, créée par Tucker Cawley, est disponible sur Netflix depuis le 28 novembre.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 + 4 =