SANS UN BRUIT, ou quand le silence devient terrifiant !

Après un passage fracassant au box-office américain (182 millions de recettes à ce jour), SANS UN BRUIT s’apprête à débarquer dans les salles françaises le 20 juin prochain. Co-écrit et réalisé par John Krasinski, Sans un bruit nous transporte dans une Amérique post-apocalyptique où des monstres aveugles réagissent au moindre son pour attaquer la population. On y découvre alors le couple composé de Lee (Krasinski) et Evelyn (Emily Blunt) tentant de survivre avec leurs 3 enfants dans le silence le plus total. Différents stratagèmes imaginés leur permettent d’effectuer les tâches quotidiennes en silence, et un déplacement en ville leur permet de dévaliser les commerces en guise de ravitaillement.

sans un bruit
Emily Blunt et Millicent Simmonds dans Sans un Bruit.

Si la première partie du film se déroule de façon plutôt calme en s’attachant à nous montrer le quotidien de la famille, une première vision très furtive du monstre plonge le spectateur au coeur de la menace qui rôde aux alentours. Et c’est précisément là où résident toute la force et la réussite de Sans un bruit. Les monstres ne sont dévoilés que petit à petit (pour apparaître au final être un mélange entre les T-Rex de Jurassic Park et les Aliens de Ridley Scott), la menace est sournoise, et le thriller devient peu à peu oppressant dans un quasi huis-clos. Le fait que la fille du couple soit sourde, et par conséquent ne peut entendre la menace à proximité, ou bien que Evelyn soit enceinte, ajoute une tension supplémentaire au suspense ambiant. Comment mettre au monde un bébé dans le silence le plus absolu sans risquer la vie de toute la famille ? Et il va de soi que l’absence de dialogues (ils communiquent en langage des signes) renforce le côté oppressant du film. L’autre point fort de Sans un bruit est bien évidemment l’interprétation impeccable (comme toujours) d’Emily Blunt. L’actrice anglaise délivre ici une performance magistrale, son personnage étant celui le plus exposé à la menace directe des monstres.

Avec une présence devant et derrière la caméra, John Krasinski signe avec Sans un bruit un thriller redoutable d’efficacité et de suspense, ou jamais le silence n’a semblé être aussi angoissant. Ajoutez à cela une très belle photographie et une bande-son originale signée Marco Beltrami, et Sans un bruit flirte avec le sans faute à tous les niveaux.

 

Credit photos (c) Paramount Pictures.

5 pensées sur “SANS UN BRUIT, ou quand le silence devient terrifiant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 − 5 =