Sous le soleil de Riccione : les amours de vacances arrivent sur Netflix

Netflix nous avait déjà donné un avant-goût de vacances sous le soleil italien avec l’excellente série Trois mètres au-dessus du ciel. Et la plateforme double la mise avec Sous le soleil de Riccione, une comédie légère qui sent bon les amours de vacances pour un groupe de jeunes.

Nous sommes donc à Riccione, station balnéaire branchée de la côte adriatique. Marco (Saul Nanni), du genre timide et réservé, y revient chaque été depuis cinq ans dans l’espoir de déclarer sa flamme à Guenda (Fotini Peluso). Ciro, lui, vient du sud du pays pour y passer une audition de chant. Il finira sauveteur sur la plage au milieu des transats. Vincenzo (Lorenzo Zurzolo) est aveugle et passe ses vacances avec sa mère divorcée (Isabella Ferrari), qui pour veiller sur son fils, a oublié d’être femme pour ne plus être qu’une mère inquiète et envahissante. Mais la rencontre de Vicenzo avec Furio (Davide Calgaro) va l’entraîner au sein de ce petit groupe d’amis, et les amours de vacances des uns et des autres vont alors se décliner sous toutes les formes.

Le sujet a été maintes fois rabattu depuis des décennies au cinéma ou à la télévision. Les amours de vacances sont un sujet universel que tout le monde a connu. Il y a ici des couples en crise et d’autres tout juste formés. Il y a le premier amour, la première amourette, les baisers volés au goût salé. Tout y est parfaitement cliché et largement prévisible, mais cette comédie adolescente légère n’en est pas pour autant superficielle. Il y a même un côté nostalgique de cette période si spéciale que représentent (ou représentaient pour les plus anciens) les vacances et les petits béguins estivaux. Les feux de camp sur la plage, les matches de volley, les soirées disco ou le jeu de la bouteille, tout évoque ce qui deviendra plus tard des souvenirs inoubliables. Et ce côté nostalgique est renforcé par la présence des adultes. La mère de Vincenzo qui prend conscience qu’elle est aussi une femme et que l’amour n’a pas d’âge. Et il y a surtout Gualtiero (Andrea Roncato), ancien maître-nageur de la station qui a joué les Don Juan pendant des décennies. Reconverti en pro de la drague et des méthodes pour pécho, il comprend bien tard être passé à côté de LA femme de sa vie.

Sous le soleil de Riccione arrive finalement à point nommé après cette période de confinement. Un avant-gout de vacances pour cette comédie légère, parfaitement bien orchestrée, et portée par un casting remarquable. Les personnages sont touchants, sympathiques et drôles, et si le tout est évidemment prévisible, il n’empêche aucunement de passer un très bon moment.

Sous le soleil de Riccione, réalisé par Antonio Usbergo et Niccolo Celaia, disponible sur Netflix depuis le 1er juillet.

Credit photos (c) Netflix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
4 ⁄ 2 =